Menu
En ce moment
Calendrier des événements
Flash Soutenez le diocèse de Mende en faisant un don au Denier
Les finances de l’Église déjà en baisse depuis plusieurs années, sont fortement impactées par la crise sanitaire. Mgr Benoît Bertrand lance un appel à participer au Denier de l’Église

Chère Madame, Cher Monsieur,
Chers amis,

Ce courrier vous rejoint alors que nous traversons une crise sanitaire exceptionnelle. Elle nous a obligés au confinement, elle nous inquiète pour nos proches et pour nous-mêmes, elle nous révèle une fois encore notre extrême fragilité. Ce temps de la pandémie, de façon inégale pour chacun, nous rappelle que notre humanité est vulnérable !

Notre diocèse avec l’église universelle se tient, uni à son Seigneur, dans la fraternité et la prière pour les malades et les victimes. Tous, nous sommes édifiés par la sollicitude de beaucoup, des soignants en particulier. Nos fêtes de Pâques ont été célébrées dans des églises vides mais avec une intense communion les uns avec les autres. Avec leurs moyens, nos paroisses et notre diocèse de Mende vous accompagnent par les réseaux sociaux, des messages fraternels, des propositions spirituelles et solidaires, une prière intense.

Dans la mesure de vos possibilités et dans le contexte qui est le nôtre, j’ose vous rappeler que votre fidélité à participer au Denier de l’église en Lozère sera vraiment précieuse pour continuer la mission de l’église et aider les prêtres du diocèse à vivre.

Avec les curés et les membres des Conseils paroissiaux des affaires économiques et ceux du Conseil diocésain des affaires économiques, avec l’économe et les membres de l’économat diocésain que je remercie vivement pour leur implication, je peux vous assurer que nous mettons tout en œuvre pour être pertinents, justes et mesurés dans nos décisions pastorales et le suivi économique et financier.

Nous célébrerons, en la cathédrale de Mende, une messe à l’intention des donateurs et légataires de notre église diocésaine. Je présiderai cette messe le dimanche 18 octobre 2020 à 10h30. Vous y êtes tous invités.

L’Église c’est vous, c’est moi, c’est nous tous. Un immense merci pour votre générosité !

Soyez assurés, Madame, Monsieur, Chers amis, de ma profonde et fervente reconnaissance.

+ Benoît Bertrand,
Évêque de Mende
A Mende, le 10 mai 2020

Les chiffres de l’économe diocésain

Soutenez le diocèse de Mende en faisant un don au DenierChère Madame, Cher Monsieur,

Cette année le lancement de la campagne du denier est inhabituel. Vous allez recevoir le courrier d’appel du denier pour la fête de l’Ascension alors qu’il vous est traditionnellement adressé pour la fête des Rameaux. Nous espérions pouvoir nous rassembler largement pour célébrer la messe, malheureusement, ce ne sera pas encore possible. Cette absence d’Eucharistie est une souffrance pour toute l’Église.

En parallèle, les réalités matérielles se rappellent à nous. Pour l’Association diocésaine de Mende, l’absence d’offrandes de quêtes, casuels et denier représente un manque à gagner mensuel de l’ordre de 90 000 €. Ceci malgré la plateforme de quête en ligne mise en place par la Conférence des évêques de France.  

L’Association diocésaine présente un déficit d’exploitation de plus de 500 000€ annuel. Chaque année nous nous reposons sur la providence des dons et legs pour le combler.

Plus que jamais, soutenons le denier, principale ressource pour faire vivre les prêtres en activité et les prêtres aînés. L’histoire de l’Église en Lozère témoigne de la générosité des Lozériens. Que chacun donne selon ses possibilités dans un contexte qui s’annonce difficile d’un point de vue économique.

Merci.

Fraternellement dans le Christ,

Stéphanie Dubois,
Économe diocésain

 

 

 

Information

Des initiatives pour maintenir le lien et soutenir les plus fragiles

Depuis le 16 mars 2020, la France est confinée, en standby dans quasiment tous les secteurs d’activité et nous réduisant à l’isolement les uns des autres. Plus le droit de sortie sans justificatif, plus de visite autorisée, plus de célébrations religieuses avec assemblées ni de rassemblement, et télétravail obligatoire quand cela est possible. La lutte contre la propagation du Coronavirus a bouleversé nos habitudes et notre quotidien a dû s’inventer autrement.

Les difficultés liées à cette pandémie sont particulièrement éprouvantes pour les malades eux-mêmes, ceux touchés de plein fouet par le Covid-19. Directement impactés aussi, les professionnels de la santé mis à rude épreuve et plus spécialement encore dans les régions fortement touchées. Mais nous avons vite pris conscience des conséquences dramatiques et véritablement douloureuses pour des millions de personnes en situation de fragilité : les personnes âgées dépendantes et les résidents d’Ehpad ; les personnes seules et isolées, les personnes déjà malades et nécessitant des soins journaliers ; mais aussi les personnes incarcérées, les sans domicile fixe, les personnes en grande précarité, celles et ceux qui ont perdu leur travail, celles et ceux qui ont perdu un proche…

Mais…

Mais dans la nuit des ces personnes éprouvées, endeuillées, angoissées, des initiatives – grandes ou petites – ont constellé l’obscurité de lueurs d’espoir. Un peu partout, nous avons pu être témoins d’actions diverses pour se voir autrement, prendre des nouvelles de personnes seules, maintenir le contact, faire des courses pour ceux qui ne le peuvent pas, faire rire, coudre des masques, partager un plat, offrir un don, prier…

Très modestement, nous avons voulu recueillir quelques témoignages de ce qui s’est mis en place sur notre diocèse. Cette rubrique n’est pas exhaustive, mais invite à nous arrêter et à apprécier ces gestes de charité, de foi et d’espérance.