Menu
En ce moment
Calendrier des événements
Flash
A l’issue de la messe de Pâques célébrée in privatum en la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Privat de Mende, Mgr Benoît Bertrand adresse à tous un message de Pâques en vidéo.

 

 

Evénement

Message de Pâques de Mgr Benoît Bertrand

Frères et sœurs,
Chers amis,

Vous seriez nombreux à la cathédrale et dans les églises de Lozère le jour de Pâques car vous êtes nombreux à prendre au sérieux ce rendez-vous célébrant la résurrection du Seigneur. Mais, cette année, notre Pâques sera marquée par l’inédit, l’impensable, l’inimaginable ! Nos liturgies seront domestiques… Les prêtres seront seuls dans des églises vides. Je célébrerai à la cathédrale sans peuple ! Tous, nous sommes confinés. Quelle épreuve.

Dans le monde blessé par la pandémie, partout de Wuhan à Londres, de Bergame à New-York, de Ziguinchor à Mende, partout le récit de la résurrection nous appelle à croire en la Vie. Lorsque les femmes se rendent au tombeau « de grand matin » nous dit l’évangéliste, « il fait encore sombre », le jour n’est pas levé. La douceur de la lumière du Ressuscité se donne mais au milieu des ténèbres, presque en catimini. Sans doute, elle aussi, Marie-Madeleine, dans la nuit, marchait-elle, la mort dans l’âme. Elle s’attendait certainement à buter contre l’énorme pierre qui fermait le tombeau creusé dans la colline. Soudain, stupeur. La pierre a été roulée, le tombeau est vide !

Je vous invite, de grand cœur, à célébrer Pâques à domicile mais dans l’Espérance ! Nos attentes ne manquent pas : l’espérance de voir enfin cette pandémie s’arrêter comme on se réveille d’un cauchemar, l’espérance pour les personnels soignants de pouvoir souffler et se reposer, l’espérance de nous retrouver en famille et de pouvoir nous embrasser, l’espérance de reprendre l’école ou le travail au plus vite, l’espérance de pouvoir célébrer ensemble le Christ ressuscité chaque dimanche dans nos églises… L’Espérance de vivre, vivre vraiment du Christ Vivant et pour toujours !

Cette Espérance qu’ouvre la foi de Pâques n’est pas seulement une petite espérance individuelle, une espérance « pour moi ». Il s’agit d’« espérer pour tous » selon le titre d’un des livres d’un grand théologien, Urs von Balthasar. Il s’agit d’espérer aussi pour le monde qui fait corps avec l’humanité. La véritable Espérance chrétienne exclut le repli sur soi. Nous vivons assurément confinés mais non pas repliés. La résurrection du Christ, fondement de notre Espérance, est en effet promesse de Vie éternelle pour tous.

Cette Espérance est aussi traversée par l’épreuve. Elle ne peut faire l’impasse sur la mort, notre propre mort, la mort du Seigneur sur la croix. Cela veut donc dire que notre Espérance n’est pas naïve ou mièvre. L’avenir ouvert ne supprime ni les incompréhensions, ni les épreuves, ni les nuits… Notre Espérance a un coût, elle est onéreuse. La croix est bien plantée au cœur de nos hôpitaux et de nos vies, au cœur aussi de notre Espérance !

Cette espérance est encore à partager. C’est l’appel de l’apôtre Pierre : « Soyez toujours prêts à justifier votre espérance devant ceux qui vous demandent compte ». Nous vivons dans un contexte de tolérance qui a ses valeurs mais aussi ses limites : la principale étant que toute conviction est considérée comme une simple opinion qui n’appelle ni discussion ni questionnement. Comment ne pas partager cette Espérance avec audace, humilité et joie ? En ces temps éprouvants, nous ne pouvons pas garder pour nous ce que nous expérimentons comme une Bonne Nouvelle sans manquer gravement à l’amour pour nos frères et sœurs.

Au bout du compte, ce dont disposent les chrétiens pour espérer, c’est d’une promesse, une promesse de Vie, de ré-surrection garantie par la résurrection de Jésus lui-même. Nous ne venons pas du chaos. Nous n’allons pas vers le néant. Notre vie, fragile et vulnérable, n’est pas le simple fruit des forces du hasard. La mort ne déchire pas la vie, comme on déchire une feuille de brouillon pour la mettre à la poubelle. Notre vie, toute notre vie, avec ses ombres et ses lumières, peut être qualifiée, orientée, dynamisée par cette Bonne Nouvelle de Pâques. Et cela change tout !

En cette Pâques 2020, je vous redis, chers amis, mon ardente communion fraternelle.

Notre-Dame, Saint Privat et Saint Roch, priez pour nous.

+ Benoit BERTRAND
   Évêque de Mende

 

Flash

Déclaration œcuménique du jour de Pâques par le Conseil des Églises chrétiennes en France (CECEF)

COMMUNIQUÉ DU CÉCEF Pâques 2020

Matthieu 28,5-7

« Soyez sans crainte, vous. Je sais que vous cherchez Jésus, le crucifié. Il n’est pas ici, car Il est ressuscité comme Il l’avait dit ; venez voir l’endroit où Il gisait. Puis, vite allez dire à ses disciples : « Il est ressuscité des morts et voici qu’Il vous précède en Galilée ; c’est là que vous le verrez. »
 –

En ce jour de Pâques, alors que les chrétiens célèbrent la Résurrection du Christ Jésus, le Conseil d’Églises Chrétiennes en France, en lien avec les hommes et les femmes de toutes les Églises, œuvres et mouvements chrétiens dans leur grande diversité, exprime son soutien à chacune et à chacun dans la prière et l’espérance.

Le monde est entré depuis plusieurs mois dans la lutte contre le coronavirus. Nos pensées et nos prières vont vers les malades et tous ceux qui ont perdu un parent ou un proche. Cette pandémie révèle le courage et le dévouement des médecins, des infirmières, des infirmiers, de tout le personnel des hôpitaux, des EHPAD, des cabinets médicaux, des chercheurs. Nous saluons aussi celles et ceux qui, par leur présence au travail et leurs gestes de solidarité, répondent aux besoins de tous, rendent de multiples services, font vivre l’économie de notre pays, permettent notre approvisionnement et assurent la cohésion de notre société.

Nous n’oublions pas ceux qui vivent dans la rue, ainsi que les migrants dans notre pays et aux portes de l’Europe.
Nous prions instamment aussi pour les autorités de notre pays et les dirigeants de toutes les nations, pour que sagesse et discernement guident leurs décisions et pour que les forces soient données à tous de mener leur mission.

Après les jours de la Passion, cheminons avec le Christ ressuscité ! Cette année, nous ne pourrons pas nous rassembler pour célébrer Pâques. Cependant notre regard n’est pas « confiné » sur cette crise sanitaire ni sur nous-mêmes. Au cœur de cette épreuve, nous proclamons ensemble notre espérance.
Jésus-Christ nous précède et vient à notre rencontre, Il nous accompagne et suscite en nous la paix et la persévérance. Il renforce en nous et entre nous la fraternité, Il ouvre en nous la joie du partage et de l’attention aux autres.

Nous encourageons chaque membre de nos Églises à continuer à inventer ensemble dans cette période de distanciation, des signes visibles de fraternité, une éthique de solidarité, de charité et d’unité : lecture commune de la Bible, temps de prière partagés, chaînes téléphoniques pour prendre soin les uns des autres, etc.
Nous exhortons chacune et chacun à mettre tout en œuvre pour être disponibles auprès de celles et ceux qui en ont le plus besoin, en mutualisant les ressources et les moyens disponibles dans cette situation de confinement.

Nous rendons grâces au Seigneur, en communion les uns avec les autres, pour sa présence agissante dans nos vies, au cœur même des épreuves.

Le Christ met sa lumière dans nos ténèbres : Christ est ressuscité, Il est vraiment ressuscité !

Pasteur François Clavairoly, Métropolite Emmanuel, Mgr Eric de Moulins-Beaufort
Co-présidents du CÉCEF

Flash

Message de Mgr Benoît Bertrand pour vivre la Semaine Sainte 2020 en période de confinement

Frères et sœurs,
Chers amis,

Le Dimanche des Rameaux et de la Passion nous ouvre sur une semaine particulière. Quel mot assez fort pourrait la qualifier ? La tradition l’a appelée la « Semaine Sainte ». Une semaine bouleversante. Les événements se précipitent. Qui peut dire comment l’affaire va se terminer ? D’un triomphe populaire jusqu’à une mort atroce sur une croix, en passant par un repas testament entre amis et un procès étrange, une terrible farce ! Pourtant, ces événements vont traverser les siècles et les générations. Ils vont lancer, et pour toujours, le christianisme dans l’histoire. Ce sont des événements fondateurs. Ils vont inspirer des foules immenses.

Ces événements de la Passion, de la mort et de la résurrection du Seigneur, nous allons les célébrer en des temps éprouvants : crise sanitaire mondiale, confinement, préoccupations pour nos proches, les plus anciens en particulier. Devant les milliers de malades et de victimes du COVID-19, nous voici comme contraints à nous placer devant nos finitudes humaines, notre pauvreté, nos peurs… Nous aurons assurément, plus tard, à nous interroger : que nous est-il donc arrivé ? Pour le moment, vivons cette Semaine Sainte 2020 comme des pauvres, incertains de nous, mais sûrs de Dieu. Je vous invite à vous unir spirituellement aux Offices célébrés, par un prêtre seul, dans les églises paroissiales ou à la cathédrale*. Les horaires vous seront donnés. Le site internet du diocèse de Mende et celui de la Conférence des évêques de France mais aussi les rendez-vous radiotélévisés (KTO, Le Jour du Seigneur sur France 2, RCF Lozère, France Culture…) vous permettront de vivre la Semaine Sainte dans le contexte de l’épidémie.

Si notre traditionnelle bénédiction des Rameaux avec la procession qui l’accompagne avant la célébration de la messe sont rendues, cette année, impossibles, je vous propose, personnellement, en famille ou en communauté, de placer un rameau de buis ou de laurier sur une des croix dans votre logement puis de lire le récit de la Passion en Saint Matthieu (Mt 26,14-27,66). Il nous donne à méditer l’ensemble des faits : une foule en liesse, la solitude à Gethsémani, la trahison, la peur panique, le reniement de Pierre, la dérobade de Pilate, et tout ce qui s’est passé un vendredi après-midi de l’histoire vers 15h00, au Golgotha, à Jérusalem. Dieu s’y est fait connaître en se donnant. Par la Passion de Jésus, Dieu a dit son dernier mot en ce monde, le mot le plus lourd de sens. Cette Passion est présentée, en ces temps de pandémie, à celles et ceux qui souffrent et qui meurent dans les hôpitaux, les cliniques, les EHPAD ou seuls chez eux. Le Fils de Dieu est venu assumer nos souffrances et la réponse à nos questions viendra du tombeau vide au petit matin de Pâques. En vous unissant dans la prière à la messe célébrée, les prêtres béniront vos familles et vos rameaux.

La messe chrismale, célébration diocésaine par excellence, est reportée au mardi 26 mai 2020 entre la fête de l’Ascension et celle de la Pentecôte. Si la situation sanitaire le permet, nous nous retrouverons à Florac à 18h où les urnes contenant les huiles saintes seront apportées dans le chœur de l’église. Je vous invite à penser aux enfants, jeunes et adultes qui accueilleront, l’année prochaine, les dons du Seigneur pour leur vie. Par ses dons, Dieu se fait proche des catéchumènes, il console et réconforte les malades, il provoque la joie des confirmés en les envoyant témoigner de l’Évangile.

Certains s’interrogent : comment vais-je célébrer, cette année, le sacrement de la réconciliation ? Cette question est aussi la mienne ! Avec le devoir de rester chez nous, il ne nous sera pas possible, avant la fête de Pâques, de venir rencontrer un prêtre. Mais, chers amis, approchez-vous quand même de la Miséricorde de Dieu : prenez le temps de « mettre de l’ordre » dans votre cœur, désignez en vérité ce qui n’a pas été et serait à convertir, reconnaissez humblement votre péché en parlant à Dieu. Demandez-Lui pardon, récitez l’acte de contrition, prenez la résolution -lorsque l’épidémie sera passée- de rencontrer un prêtre puis dites le Notre Père et soyez en paix… Je précise qu’il n’est pas possible de recevoir l’absolution par téléphone ou visioconférence.

Le Jeudi Saint, en communion avec vos prêtres et vos diacres, vous ferez mémoire, seul, en communauté ou en famille, de la Cène du Seigneur. Comme un signe de la tendresse de Dieu qui s’approche de son peuple, je demanderai à Dieu présent dans l’Eucharistie sa bénédiction pour les habitants de Mende et pour tous les Lozériens, ceux qui croient et ceux qui ne croient pas, les malades et les soignants en particulier. A 19h30, avant la messe célébrée in privatum en la cathédrale, je vous bénirai avec le Saint Sacrement. Ce sera un signe de protection et d’attention du Seigneur offert à tous. Nous Lui demanderons son aide pour combattre le virus et nous soutenir fraternellement. 

Le Vendredi Saint nous pourrons, personnellement, célébrer le Chemin de Croix et nous unir aux Offices de la Passion du Seigneur célébrés en privé. Les méditations et livrets de prières (Préparons dimanche, Prions en Église, Magnificat…) et autres Missels nous seront bien utiles. Au cœur du Mystère Pascal se dresse la Croix du Seigneur. Essayons, là où nous sommes, de garder le recueillement en cette journée de jeûne et de prière. La Passion s’adresse aussi à tous ceux et toutes celles qui aiment, servent, soignent, se donnent. En elle se vérifie jusqu’où va l’amour véritable : être capable d’aimer jusqu’au pardon total, désintéressé, être capable d’aimer jusqu’au bout ! L’amour de Dieu est sans limite. Élargissons nos regards. Nous vivons confinés et non pas repliés.

Au terme d’un Samedi Saint, vécu dans une attente active et une prière confiante, nous serons unis aux célébrations, sans peuple, des Veillées Pascales en la cathédrale et dans nos églises paroissiales. Nous prierons pour les 8 catéchumènes dont les baptêmes seront reportés au samedi soir de Pentecôte. Notre diocèse de Mende est comme encouragé sur son chemin de foi et de conversion par celles et ceux qui demandent aujourd’hui le baptême. L’une d’elles témoigne, je la cite :« Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours cru en Dieu. J’ai toujours prié à ma manière. Je n’ai jamais eu d’éducation religieuse mais j’ai toujours parlé à Dieu. Aujourd’hui je suis heureuse d’affirmer ma foi, d’oser en parler à ma famille… ma décision est réfléchie mais surtout elle s’impose à moi comme une évidence dans ma vie ».

Avec le Saint jour de Pâques, le Christ ressuscité nous appellera à passer des ténèbres à son admirable lumière ! Les grands maîtres de la spiritualité chrétienne l’ont souvent répété : ou bien le christianisme est un chemin de lumière et de vie ou bien il n’existe pas ! Si notre existence personnelle en est un signe, elle sera un témoignage : « Celui qui a été capable de changer ma vie au point de vouloir marcher à sa suite, je te dis qu’Il est capable de changer ta vie ». Avec la triste épidémie et le confinement, nous serons conduits, une nouvelle fois, à offrir au Seigneur une prière de communion de désir, elle est à votre disposition sur le site du diocèse.  

Puissions-nous vivre, chers amis, cette Semaine Sainte 2020 en profonde communion spirituelle les uns avec les autres, unis à l’Église du ciel et de la terre. Le Seigneur nous l’assure : « Le royaume de Dieu s’est approché de vous ». Notre-Dame, Saint Privat et Saint Roch, priez pour nous.

+ Benoît Bertrand,
  Évêque de Mende

*

 

 

Evénement Photo by Bruno van der Kraan on Unsplash

Message du père François Durand pour la fête de Pâques, en situation extra-ordinaire d’épidémie

Aucune traversée ne se fait sans danger. Aucun passage ne se fait sans péril. Aucune expérience vitale ne se fait sans vaincre la peur. Pâques est là, tout proche… et « les nations sont affolées et désemparées … Les hommes meurent de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde » (voir Luc 21, 25-26). L’épidémie violente que nous traversons nous plonge dans une tempête au silence inouï, silence du confinement… ponctué çà et là du bruit des nouvelles angoissantes.

« Soudain, nous réalisons que nous sommes tous embarqués dans le même bateau, riches et pauvres », affirme l’écrivain tchadien Moustapha Dahleb tandis que le Pape François commente, face à une place Saint-Pierre vidée de ses fidèles et balayée par la pluie, le passage de la tempête apaisée (Marc 4, 35-41) : « Dans la barque, nous sommes seuls et ensemble… La tempête manifeste notre vulnérabilité ».

Qui aurait pu imaginer que notre Carême se prolonge dans une quarantaine mondiale ? Qui aurait pu penser, voici quelques jours encore, que nous ne pourrions pas nous rassembler pour célébrer la Semaine Sainte dans les églises ? Ces jours-ci, la prière des psaumes prend une saveur étonnante d’actualité. Affaiblis, nous crions vers le Seigneur. Poursuivis par un invisible Ennemi, nous nous jetons dans les bras du Seigneur en confessant notre péché commun.

Ce péché, le Pape n’a pas hésité à le nommer. Il résonne étrangement avec les insultes que Jésus subit sur la croix : « Sauve-toi toi-même… descends de la croix ! ». Notre ego superficiel, « tout ce qui nous fait avancer et ne fait pas avancer notre âme », dit le Pape, a entretenu en nous l’illusion de ne pas avoir besoin d’un Sauveur et de pouvoir esquiver la Croix. « Nous sommes allés trop vite. Nous ne nous sommes pas arrêtés devant les appels, les injustices. Nous n’avons pas bougé devant le drame des pauvres, des malades. Nous avons suivi notre chemin. » Dieu nous invite pourtant à le laisser nous conduire, à renoncer à tout maîtriser. A l’avant du navire, il est au gouvernail, par la Croix.

Le danger est toujours là. Les soignants partent au front « la boule au ventre », inquiets du risque qu’ils prennent, non pas tant pour eux-mêmes que pour leurs proches et pour les malades à qui ils sont envoyés. Des familles sont cruellement touchées par la perte d’un être cher, avec la douleur de ne pas avoir pu être à ses côtés alors qu’il souffrait. Des personnes fragilisées par le grand âge, le handicap, la maladie, la misère sociale, l’incarcération subissent de plein fouet un isolement aussi violent qu’inattendu. Des employeurs et des salariés sont inquiets des graves retombées économiques et sociales de la crise que nous traversons. Telle est la réalité que nous devons affronter aujourd’hui sans chercher à établir trop vite des analyses prématurées.

« Pourquoi êtes-vous si craintifs ? » (Marc 4, 40). « Soyez sans crainte » (Matthieu 28, 10). Pour passer la mer, pour tenir bon dans cette épreuve, nous voici sommés de faire confiance, de grandir concrètement dans la foi. Nous n’avons pas le choix. Dans la prière et le service qui nous relient au Seigneur et à nos frères humains, Dieu agit et ouvre des chemins de salut. Il est là Celui qui a vaincu la peur. Rien ne peut nous séparer de l’amour du Christ ; Il se donne jusqu’au bout. Par sa mort sur la croix et par sa résurrection d’entre les morts, il nous relève ; Il nous donne d’accomplir avec lui cette traversée périlleuse. « Il vit le Christ et il nous veut vivants ».

C’est ce que nous célébrons chaque dimanche et dans chaque sacrement. C’est ce dont nous avons à vivre chaque jour, en nous offrant nous-mêmes par amour. Désinstallés de nos habitudes, que cette Pâque inédite nous donne de redécouvrir la puissance du mystère pascal, la puissance de la mort et de la résurrection de Jésus, au plus concret de nos vies.

P. François Durand,
Vicaire général

 

Information Photo by Ashkan Forouzani on Unsplash

Voici plusieurs ressources pour prier, cheminer et vivre la Semaine Sainte et les fêtes pascales

Les célébrations en direct et programmes spéciaux pour les Jeudi Saint, Vendredi Saint, Samedi Saint et Pâques en direct sur KTO TV


 

Prier avec les grands offices sur la radio RCF Lozère

  • Jeudi Saint – 9 avril
    18h10-19h30 : Célébration de la Cène et du lavement des pieds
  • Vendredi Saint – 10 avril
    18h10-19h30 : Cérémonie de la Passion
  • Samedi Saint – 11 avril
    21h-23h : Vigile Pascale
  • Dimanche de Pâques – 12 avril
    11h : Messe de la Résurrection suivi de la bénédiction Ubi&Orbi du Pape François en direct de Rome

Chemin de Croix de l’Aumônerie de l’enseignement public

L’AEP de Mende propose un chemin de Croix aux collégiens et lycéens (et tous ceux qui le souhaitent) à vivre le Vendredi Saint

Le livret Prions en Église

Bayard met gratuitement à disposition l’intégralité du numéro spécial Semaine Sainte en version PDF

Vivre la Semaine Sainte chez soi

Réalisé par le Service national de la pastorale liturgique et sacramentelle, ce guide vous offre un « prêt à prier ». A vivre seul, en couple ou en famille pour vivre l’essentiel de notre foi malgré le confinement

Livret de la Semaine Sainte pour les familles

Télécharger l’extrait du livret conçu par le père Pierre-Yves Girod, pour vous accompagner dans la Semaine Sainte avec vos enfants


La Semaine Sainte avec le Secours catholique

Télécharger les méditations et prières du Secours catholique et sa proposition spéciale Vendredi Saint