Menu
En ce moment
Information

Nous entrons dans le temps de l’Avent ! Dans les églises et les cathédrales du monde entier, des millions de chrétiens vont entendre un récit étonnant. Jésus ne dit ni quand, ni comment les choses vont se passer, mais il l’affirme : « Le Seigneur reviendra. Un monde nouveau naîtra. Tenez-vous donc prêts ! ». L’Évangile nous propose une attitude, mais laquelle ? Une promesse, mais laquelle ? Un chemin, mais lequel ?

Une attitude : « Veillez, tenez-vous prêts… ». Avec l’hiver qui approche, nous entrons dans la nuit qui dévore les jours. Le règne de la nuit, nous le connaissons, avec son cortège de rêves, d’angoisses et de violences. Nuit de l’humanité… notre nuit, peut-être ? Jésus nous le redit : « Tenez-vous prêts… Veillez donc…». L’Avent est ce temps où nous accueillons le désir de Dieu qui veut que nous soyons des hommes et des femmes debout, éveillés, prêts. Dans leur film, Le Soleil même la nuit, les frères Taviani formulent un véritable souhait pour l’Avent : « Que tes journées soient belles, pleines de soleil, même la nuit ». A chacun, bien sûr, de découvrir, durant ces 4 semaines, comment, de façon personnelle, nous allons ouvrir nos yeux de l’intelligence et du cœur.

Une promesse : le Fils de l’homme va venir… Dieu veut nous faire savoir une chose : Il ne s’absente pas de nos vies. Il vient les habiter et les remplir de sa présence, de sa force, de sa tendresse. Le temps de l’Avent, veut donc clamer aux hommes, marqués par la finitude, une nouvelle inattendue, une promesse : le Seigneur vient ! Le temps de l’Avent est donc celui de l’attente, une attente active, une attente dans laquelle nous sommes impliqués par la prière, la préparation des fêtes de famille, l’ouverture du cœur, la disponibilité…

 L’Église nous offre alors un chemin : l’Avent… Avent avec un « e », comme avènement, du latin « adventus », la venue. L’avant avec un « » nous fait regarder en arrière, le passé, c’était avant… L’Avent avec un « e » nous tourne vers l’avenir, vers Celui qui vient pour nous aimer et nous sauver. Rappelons-nous que l’Avent est un temps inédit. C’est la passion de Dieu pour l’humanité qui prend chair. Nous montrerons que Noël n’est pas simplement la commémoration d’un passé mais que la venue du Seigneur se conjugue à tous les temps : il est venu, il vient et il viendra. A tous, belle route vers Noël. En Avent !

 + Benoit Bertrand
Évêque de Mende

 

Information

Mgr Benoît Bertrand évoque les points forts de l’Assemblée plénière de cet automne 2019 dans une interview du service communication pour le diocèse

Nolwenn Bottou : Mgr Benoît Bertrand, vous avez participé à votre deuxième Assemblée plénière à Lourdes. Cette année, et pour la première fois, chaque évêque était invité à venir accompagné de deux laïcs. Le choix de ces personnes était basé sur leur implication dans la conversion écologique.

Mgr Bertrand : En effet, les deux premiers jours de l’Assemblée plénière ont été consacrés à l’urgence d’une conversion écologique intégrale. Je suis venu accompagné de Théophile Navecth, berger sur le Causse Méjean, et Christophe Ducrohet, professeur au lycée agricole Terre-Nouvelle. Cette rencontre avait des allures synodales de « joyeuse assemblée », où tout le monde était mélangé.

La première matinée, nous avons bénéficié de témoignages extrêmement forts qui ont provoqué une prise de conscience de l’urgence écologique. Nous avons notamment appris qu’entre 1998 et 2018, notre planète a dépensé autant d’énergie que toute celle consommée avant 1998 ! Par ailleurs, toutes les courbes sont exponentielles quant aux prévisions des experts. Cela aura des répercutions telles que l’augmentation de la température dépassera les 3°C prévus. Le déplacement des populations se fera en masse avec des risques de violences, etc.

Le Pape François a été précurseur d’une écologie intégrale avec son encyclique Laudato Si qui nous presse à vivre cette conversion intégrale au niveau environnemental, sociétal, social avec le souci porté aux pauvres. Les dimensions spirituelles, puisque tout est lié, sont aussi marquées par ce phénomène. Nous sommes des créatures. Dieu est notre créateur.

NB : Comment se sont déroulées ces deux premières journées ?

Mgr Bertrand : Ces deux jours sur le climat ont été très fraternels. Nous avons eu des témoignages et des interventions d’experts qui ont été suivis par des carrefours et des ateliers dans lesquels nous avons travaillé, évêques et laïcs. De nombreuses propositions ont été exprimées. Il faut maintenant que cela « mouline »… Il faudra aussi envisager de se former avec une théologie sur la création.

Pour notre diocèse, nous avons échangé sur cela en conseil épiscopal et nous continuerons d’y travailler. Théophile et Christophe viendront aussi apporter leurs témoignages. Nous communiquerons aussi par la presse.

NB : Quels autres sujets ont été traités lors de cette assemblée ?

Mgr Bertrand : Nous avons poursuivi le travail pour lutter contre la pédophilie dans l’Église. M. Jean-Marc Sauvé, président de la CIASE (Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église), est intervenu pour donner son 1er rapport, devant les évêques et devant des victimes. Il y a eu 2800 appels, ce qui est très important…

Il est nécessaire que les personnes victimes se fassent connaître pour que justice et vérité soient faites, et permettre une reconstruction, un accompagnement, et qu’une reconnaissance se fasse. Les évêques sont prêts à offrir aux victimes une somme d’argent, unique et forfaitaire, pour dire concrètement qu’ils reconnaissent la souffrance et les blessures portées par les victimes.

Quatre groupes sont au travail :

  • un groupe pour la mémoire (création d’un lieu mémoriel) ;
  • un groupe pour la prévention ;
  • un groupe sur la somme d’argent à verser ;
  • un groupe pour l’accompagnement des auteurs d’abus, après qu’ils aient effectué leur peine.

Les évêques sont bien décidés à poursuivre la lutte contre ce fléau, à le regarder en face pour que ce travail de purification se fasse.
Gardons aussi à l’esprit qu’il s’agit d’un problème diffus dans la société d’aujourd’hui.

NB : Quels autres travaux avez-vous effectués le reste de la semaine ?

Mgr Bertrand : Nous avons procédé à toute une réflexion sur la formation des prêtres en lien avec la Ratio nationalis. La Ratio nationalis consiste en des repères pour la formation générale des séminaristes. Elle nécessite d’être inculturée par chaque pays. En France, trois points culminants sont dégagés :

  • la formation de pasteurs missionnaires ;
  • la formation humaine ;
  • la formation permanente des prêtres.

Par ailleurs, nous avons préparé la visite Ad limina en mars prochain, par groupes de 30 évêques. Cette rencontre avec le Pape sera un évènement ! Nous prierons sur les tombes des apôtres Pierre et Paul, nous irons aussi visiter les dicastères… Chaque évêque doit aussi préparer un rapport d’activité. Comme je viens d’arriver à Mende, je ne ferai qu’une note sur mes découvertes du diocèse.

Enfin, nous avons abordé d’autres questions : RCF, les comptes de la CEF et des diocèses. Cela a été aussi l’occasion pour les commissions de se réunir, et pour les évêques de se retrouver en Province.

L’Assemblée plénière s’est achevée avec Ancoli, le rassemblement des chanteurs en liturgie, qui a rassemblé 5000 choristes, donc une cinquantaine de Lozère. Il y a eu une veillée baptismale magnifique à la basilique Saint-Pie-X. La messe télévisée et le discours de clôture de Mgr Eric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France, ont été retransmis en direct sur France2 et KTO.

 

 

 

Information

Du 4 au 12 septembre, Mgr Benoît Bertrand était en session de formation pour les nouveaux évêques à Rome.

La province ecclésiastique de Montpellier y était doublement représentée puisque Mgr Bertrand a suivi la formation en compagnie de Mgr Alain Guellec, le nouvel évêque auxiliaire du diocèse de Montpellier.

A Rome, notre évêque a prié saint Pierre et saint Paul pour que nous soyons tous renouvelés dans notre désir d’annoncer l’Évangile. Il a pu aussi prier Notre-Dame à Sainte Marie Majeure pour notre diocèse.


Plusieurs évêques français ont également participé à la session de formation des nouveaux évêques.

De gauche à droite :

– Mgr Matthieu Rougé, évêque du Diocèse de Nanterre
– Mgr Bruno Valentin, évêque auxiliaire du Diocèse de Versailles
– Mgr Benoît Bertrand, évêque du Diocèse de Mende
– Mgr Alexandre Joly, évêque auxiliaire du Diocèse de Rennes
– Mgr Jean-Pierre Vuillemin, évêque auxiliaire du Diocèse de Metz
– Mgr Alain Guellec, évêque auxiliaire du Diocèse de Montpellier

 

Enfin, Mgr Bertrand a eu la joie profonde de rencontrer le Pape François le 12 septembre ! « Une rencontre mémorable », a confié notre évêque. Un moment « impressionnant et fraternel à la fois ». Cette rencontre avec le Saint Père a aussi été pour Mgr Bertrand, l’occasion de mesurer davantage encore l’universalité de sa mission épiscopale.

 

 

 

 

 

 

 

Flash

Incendie à la cathédrale Notre-Dame de Paris :
Déclaration de Mgr Benoît Bertrand

L’évêque de Mende Mgr Benoît Bertrand, devant les images terribles de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, manifeste sa profonde émotion aux catholiques du diocèse de Paris.

Il dit sa tristesse en communion avec celles et ceux qui sont sensibles à ce monument symbolique de notre patrimoine national.

Demain, Mgr Bertrand sollicitera un rendez-vous avec Madame la Préfète de la Lozère et Monsieur le Colonel des Pompiers de Mende pour savoir quelles mesures de sécurité sont à prévoir concernant la cathédrale Notre-Dame et Saint-Privat de Mende.

Comme Nantais, il se souvient de l’incendie de la cathédrale de Nantes en 1972 et de l’incendie plus récent de la basilique Saint-Donatien.

A Mende,
Lundi 15 avril 2019

 

Information © N.BOTTOU - Mgr Benoît Bertrand

Message de Mgr Bertrand

L’Église de la rencontre…

Depuis son ordination épiscopale du 3 mars dernier, votre nouvel évêque part à la rencontre… La rencontre, tout d’abord, des prêtres… C’est tout à fait normal, ils sont ses premiers collaborateurs ; rencontre des diacres permanents et de leur famille, rencontre des consacrés, des laïcs en mission d’Église et des principaux responsables de l’Église diocésaine… Durant les dimanches de carême, j’ai découvert avec bonheur les cinq paroisses lors des messes dominicales. Ce n’est qu’un tout premier contact mais quelle grâce ! J’ai souhaité aussi, assez rapidement, aller me présenter à quelques responsables de la société civile à Mende et en Lozère. Partout, je suis fort bien accueilli. Merci à tous, de votre disponibilité et de votre hospitalité.

« Partir », « sortir », ces verbes reviennent à de nombreuses reprises, dans les textes du pape François. La pastorale ordinaire doit être, dit-il : « Plus expansive, ouverte, qu’elle mette les agents pastoraux en constante attitude de sortie ». Il s’agit donc d’aller à la rencontre avec au cœur une grande qualité d’attention, de dialogue, d’entrer dans une conversation en réalisant ce que le pape appelle « la révolution de la tendresse ».

Dans son exhortation apostolique La joie de l’Évangile, il précise encore : « L’Évangile nous invite toujours à courir le risque de la rencontre avec le visage de l’autre, avec sa présence physique qui interpelle, avec sa souffrance et ses demandes, avec sa joie contagieuse». Mais cette rencontre missionnaire suppose, bien sûr, l’autre rencontre primordiale avec le Christ. Celle-ci nous conduit « au-delà de nous-mêmes pour que nous parvenions à notre être le plus vrai. Là se trouve la source de l’action évangélisatrice ».

Au seuil de cet épiscopat pour vous, une conviction m’anime. C’est en étant profondément humains, fraternels et amicaux que les cœurs s’ouvrent à l’Evangile. Que ce temps du carême nous donne aussi d’en faire l’expérience heureuse, humble et audacieuse. Tous, je vous invite pour la messe chrismale en notre cathédrale à Mende, le mardi 16 avril à 18h. Nos rencontres prennent origine en Celui qui nous appelle et nous envoie. Belle route vers Pâques.

 

+ Benoit BERTRAND
   Évêque de Mende

 

Evénement Messe ordination épiscopale de Mgr Benoît Bertrand - Copyright N. Bottou

Les photos du dimanche 3 mars 2019

La journée du 3 mars 2019, à l’occasion de l’ordination épiscopale de Mgr Benoît Bertrand évêque de Mende, a été une fête de la joie !

La journée a débuté pour Mgr Bertrand par un déjeuner auquel participait sa famille (dont ses parents), ses amis, des évêques, prêtres et diacres des diocèses de Nantes et des diocèses des provinces ecclésiastiques de Nantes et Montpellier ou de diocèses voisins, et quelques représentants de Lozère avec des membres du collège des consulteurs notamment.

Dès 13h-13h30, les premiers acteurs de la messe d’ordination étaient à pied d’oeuvre à la cathédrale, notamment la chorale, les musiciens, les jeunes pour accueillir et distribuer les livrets de messe, les membres de l’Hospitalité Saint-Privat pour guider, placer, renseigner et veiller à la sécurité au sein de l’édifice.

La célébration a débuté à 15h avec une procession impressionnante s’étendant de l’accueil paroissial rue Chaptal jusqu’à la place Urbain V.
La messe a été présidée par Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier, assisté de Mgr Jean-Paul James, évêque de Nantes, et de Mgr François Jacolin, évêque de Luçon.
Plus d’une trentaine d’évêques étaient présents, dont Mgr Blaise Nzeyimana, évêque de Ruyigi et Mgr Paul-Abel Mamba, évêque de Ziguinchor, tous deux venus d’Afrique. Les prédécesseurs de Mgr Benoît Bertrand étaient aussi présents : Mgr François Jacolin mais aussi Mgr Robert Le Gall et Mgr Paul Bertrand ! Mgr Francis Bestion, ancien vicaire général du diocèse jusqu’à sa nomination épiscopale, est venu.

Des élus, des représentants de l’état et des forces de l’ordre, des frères protestants, orthodoxes, musulmans, représentants de la paroisse lozérienne de Paris, de l’Ordre du Saint-Sépulcre et journalistes de médias locaux nous ont aussi fait l’honneur de leur présence. Tous, nous avons vécu un temps de grâce. La messe s’est déroulée sans une accroche, avec à la fois une joie palpable et un profond recueillement. La chorale et les musiciens ont contribué largement à la beauté de la cérémonie et à sa réussite.

La messe d’ordination s’est terminée par la sortie de Mgr Bertrand sur la place Urbain V, accueilli par l’ensemble des évêques, prêtres et diacres qui l’ont applaudi.
Après quelques salutations et félicitations partagées, toute l’assemblée était invitée à l’Espace événements de Mende pour le vin d’honneur.

Préparé par des bénévoles qui n’ont pas lésiné sur l’énergie dépensée, ce temps a été marqué par une ambiance chaleureuse et très fraternelle. En plus des « petites mains » qui ont confectionné les milliers de toasts et autres amuse-gueules, les scouts de France et d’Europe ont prêté main-forte à l’Hospitalité pour aider au service.
Ce temps de partage et de rencontre s’est poursuivi jusqu’à plus de 22h ! Rendons grâce pour les échanges pleins de fraternité entre laïcs, prêtres, évêques, consacrés, diocésains, Nantais, amis, voisins…

L’implication de nombreux bénévoles pour la préparation de la célébration, les répétitions de la chorale et des musiciens, le grand nettoyage de la cathédrale, l’accueil sur les parkings et à la cathédrale, la sécurité, la décoration, la préparation du vin d’honneur, le service, le rangement… a permis la réussite de ce moment festif.
Merci à toutes les personnes qui ont contribué, de près ou de loin à ce grand jour, y compris par la prière. Merci aussi pour les nombreux témoignages qui nous ont été partagés à la suite de cette journée ; de vraies pépites !

Nolwenn Bottou

 

 

Evénement Messe ordination épiscopale de Mgr Benoît Bertrand - Copyright JF Salles

La journée du 3 mars 2019, à l’occasion l’ordination épiscopale de Mgr Benoît Bertrand évêque de Mende, a été une fête de la joie !
Nous rendons grâce pour les échanges pleins de fraternité que nous avons partagés entre laïcs, prêtres, évêques, consacrés, diocésains, Nantais, amis, voisins…

La messe a été superbe : priante, simple, très belle et joyeuse à la fois.
L’implication de nombreux bénévoles pour la préparation de la célébration, les répétitions de la chorale, le grand nettoyage de la cathédrale, l’accueil et la sécurité, la décoration, la préparation du vin d’honneur… a permis la réussite de cette belle journée.

Merci à toutes les personnes qui ont contribué, de près ou de loin à ce grand jour.
Merci de vos prières.

 

 

 

 

 

 

Commande du DVD de la messe d'ordination épiscopale de Mgr Benoît Bertrand, évêque de Mende, le 3 mars 2019

Le DVD de la messe d’ordination épiscopale sera disponible début avril aux personnes ayant passé commande auprès de la communication (cliquer sur l’image « DVD souvenir » ci-dessus).

Les photos du 3 mars 2019

 

 

 

Information Copyright NBottou - Evêque sortie cathedrale

Quelle fête, c’est le carême !

Porté par la joie de la si belle ordination épiscopale de dimanche dernier, je m’adresse à vous tous, diocésains de Mende, au seuil de ce carême 2019.

Après le mardi-gras et le carnaval où les masques couvrent les visages, voici le mercredi des cendres… Il ouvre un temps, où par contraste, nous sommes précisément invités à jeter les masques. Il s’agit d’avancer vers le Seigneur et de rencontrer nos frères à visages découverts. Le carême se présente donc à nous comme un temps de vérité et de réalisme, de conversion et de réconciliation.

A lui seul, le mot « carême » évoque les 40 ans passés par le peuple hébreux au désert. 40 années entre l’Égypte opulente et la terre promise. Mais 40, ce sont aussi 40 jours et 40 nuits de marche d’Élie jusqu’à la montagne de Dieu l’Horeb pour la rencontre du Dieu vivant. 40 ce sont également, bien sûr, les 40 jours passés par Jésus au désert.

A vrai dire, le carême est devenu une pratique bien étrange aux yeux de nos contemporains mais aussi pour certains chrétiens ! Un temps de carême, c’est quand il fait mauvais temps. Un visage de carême, c’est un visage triste et fermé comme une porte de prison. Un feu de carême, c’est un feu qui ne réchauffe rien… rien du tout.

Votre nouvel évêque vous invite à vivre le carême, comme une fête ! Pourquoi ? Tout simplement parce que ce temps liturgique nous invite à nous rapprocher de Dieu et de nos frères. Temps de conversion tout simplement pour vivre mieux selon l’Évangile ! Demandons à Dieu, la grâce de célébrer ces 40 jours, avec le désir d’apporter un peu de lumière à notre monde, d’offrir un sourire -premier signe de charité pour les autres-, et de réchauffer les cœurs de nos proches par l’attention, la délicatesse, l’écoute. Le carême peut être vécu vraiment comme une fête !

 

+ Benoit BERTRAND
Évêque de Mende