Menu
En ce moment
Evénement
Pour les 400 ans de la consécration de la cathédrale de Mende, plusieurs manifestations sont prévues pour marquer l’évènement

La cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Privat de Mende a été consacrée le 10 octobre 1620. Un concert, des conférences et une messe vont permettre de faire mémoire de ce jubilé.

Dans le détail :

  • Un concert sera donné par la chorale Sainte-Cécile et les Amis de l’orgue de la cathédrale, le 10 octobre 2020, date officielle des 400 ans de la consécration de la cathédrale.
  • Une messe d’action de grâce sera célébrée le 14 novembre 2020 pour faire mémoire des 400 ans de la cathédrale et fêter la clôture de la visite pastorale de Mgr Bertrand auprès des jeunes.

Trois conférences sont organisées à l’occasion des 400 ans de la consécration de la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Privat de Mende. Elles auront lieu à 20h30, à la cathédrale.

– Conférence n°1 : le 29 août 2020 – « La cathédrale, des paroles pour aujourd’hui et pour demain ? », animée par le père Pierre Remise

– Conférence n°2 : le 12 septembre 2020 – « La cathédrale, un monument vivant : quand les pierres nous parlent d’histoires », animée par Fabrice Gral et Adrien Donnadieu

– Conférence n°3 : le 2 octobre 2020 – « 18 siècles d’histoire de l’Église de Mende », animée par Alain Larans

Information

Le Pèlerin, magasine du groupe Bayard, publie un cahier Spiritualité « Bien vivre la messe« 

Encarté dans Le Pèlerin numéro 7160 du 20 février, il est également mis à disposition des diocèses pour être diffusé largement et gracieusement en cette veille d’entrée en Carême. Une belle initiative relayée au sein de nos cinq grandes paroisses.


 

La messe, en pleine conscience

Pour les uns, la messe est le feu qui irradie leur vie. Pour d’autres croyants, le rendez-vous dominical est difficile à honorer : « Pourquoi y aller ? Qu’est-ce que cela m’apporte ? C’est toujours pareil… », peut-on entendre. Pourtant, l’eucharistie constitue « la source et le sommet » de la vie chrétienne, affirme l’Église. Le lieu d’une rencontre avec le Christ vivant, d’une effusion de l’Esprit, d’une communion avec Dieu le Père. C’est… « énorme » !

Pourquoi alors passe-t-on si facilement à côté du mystère ? Souvent, la mise en œuvre de la liturgie n’est pas à la hauteur de ce qu’elle prétend célébrer : assemblée mollement participante, chants maladroitement exécutés ou inadaptés, prêtre peu présent à ses gestes. Les sens ne sont pas flattés, et l’émotion esthétique est au régime, voire prise à rebrousse-poil. Certes. Mais l’essentiel n’est pas là. Au regard de la foi, une messe célébrée sobrement, sans grands moyens d’animation, reste l’initiative inouïe de Dieu qui vient à la rencontre de son peuple.

« Depuis l’âge de 12 ans, sans preuve rationnelle, j’éprouvais la force donnée par l’eucharistie », avait perçu sœur Emmanuelle (1908-2008). C’est la foi qui donne accès au mystère. Oh, il en faut peu. Et avec ce léger bagage, s’approcher. S’appuyer sur la foi de l’assemblée. Puis – l’exercice est simple, sinon facile – se montrer présent. Simplement présent, le cœur ouvert, à l’écoute. Se laisser porter par la liturgie. En pleine conscience.

Christophe Chaland,
journaliste au Pèlerin