Menu
En ce moment
Flash

Combat, cohésion sociale et prière…

 

Chers amis,

Une crise sanitaire mondiale nous atteint. Notre chère Lozère et ses habitants n’y échapperont pas. Une inquiétude légitime s’amplifie. Des questions se posent ! Avec les experts, le Président de la République et le gouvernement, les Préfets et les élus locaux sont au travail pour clarifier les enjeux, anticiper les réponses adaptées, organiser les soins, rassurer la population… Nous devons nous unir à leurs réflexions et à leurs décisions. Nous sommes reconnaissants pour leur implication dans le combat contre la pandémie. Les catholiques du diocèse de Mende se doivent d’accepter les préconisations et les conseils qui seront donnés par les autorités de santé compétentes. Un combat contre le virus est à mener ensemble !

 

Nous avons, d’abord, à exprimer notre profonde et fraternelle solidarité avec les malades et leurs familles. Nous prions pour eux et confions à la tendresse de Dieu toutes les victimes du coronavirus. Je souhaite, par ces lignes, manifester aussi notre immense gratitude à tous les personnels soignants dans les hôpitaux, cliniques, EHPAD, aux équipes de secours et aux chercheurs. Nous pensons aux personnes âgées, seules, handicapées et à celles qui seront les plus vulnérables à cette épidémie. Ce temps imposé, en restreignant les visites à domicile, sera assurément, pour elles, une épreuve lourde.

 

Après consultations de mes collaborateurs et un échange avec Madame la Préfète, je demande, jusqu’à nouvel ordre, la suppression dans le diocèse de Mende de tous les rassemblements d’enfants et de jeunes dans le cadre de la catéchèse, des aumôneries de collèges et de lycées, les pèlerinages et les retraites. Les lieux de scolarisation liés à l’Enseignement catholique seront bien sûr fermés mais assureront un suivi pédagogique et une veille/permanence téléphonique. Les autres activités pastorales (conférences tout public, formations…) sont suspendues à partir de lundi et, ceci, jusqu’à nouvel ordre. Les réunions de travail entre adultes et en petits groupes sont maintenues avec toutes les précautions d’usage, si nécessaire et sans obligation pour chacun des membres. Le télétravail sera mis en place, à la Maison diocésaine, chaque fois que cela sera possible. J’invite encore les frères prêtres de plus de 70 ans à ne pas se déplacer sauf pour motifs raisonnables. Je souligne que la moyenne d’âge des prêtres, dans le diocèse, est de 82 ans ! Nous devons, les uns et les autres, nous en tenir à des attitudes prudentielles et suivre les mesures d’hygiène sans cesse répétées depuis le début de la crise sanitaire. Je le redis, il s’agit ensemble de faire preuve de vigilance pour protéger la vie, servir le Bien commun, assurer notre cohésion sociale et notre fraternité.

 

J’en appelle, à la suite du Pape François et en communion avec les évêques de France, à la prière. Je demande aux prêtres de célébrer régulièrement, personnellement ou en petite assemblée, la messe pour les malades. J’invite à prier, de façon fervente, pour nos gouvernants et les soignants. Ils ont besoin de notre soutien humain et spirituel. Je demande aux personnes de 70 ans et plus de réfléchir, en conscience, à leur place ou non lors des messes du dimanche. Le site du diocèse proposera, chaque semaine, une méditation de l’Evangile du dimanche. Le Jour du Seigneur et France Culture pourront rendre le service de diffuser la messe dominicale le dimanche matin et KTO le dimanche soir. RCF permettra, chaque jour, le soutien de la vie spirituelle des chrétiens. Et tout ceci pour compenser une certaine restriction de la vie sacramentelle. Je recommande actuellement, pour les personnes âgées, la communion spirituelle ou de désir.

 

Les messes et célébrations liturgiques sont, pour le moment, maintenues dans la limite énoncée par le Premier ministre de 100 personnes. En conséquence, il est possible que certaines messes soient supprimées. Il est aussi recommandé que les obsèques religieuses soient célébrées dans l’intimité familiale et amicale. Nos diocèses ont traduit, dans la liturgie, les préconisations sanitaires données par la Conférence des Evêques de France et que nous appliquons pour le diocèse :

  • Eviter de se serrer la main et de s’embrasser conduit à s’abstenir du geste de paix.
  • Pour le lavabo, ne pas hésiter à utiliser une aiguière et de l’eau savonneuse.
  • S’il y a concélébration, les prêtres et autres ministres ne communient que sous le geste de l’intinction.
  • La communion eucharistique ne peut être donnée que dans les mains.
  • Recommander aux prêtres de se laver les mains après avoir donné la communion, même dans la main.
  • Vider les bénitiers présents dans l’église.
  • En outre, les paroisses et autres lieux de célébration s’organiseront pour répartir les fidèles un siège sur deux, un rang sur deux, selon la dernière recommandation du Président de la Conférence des Evêques de France.

 

Dans les jours à venir, en lien avec les responsables des hôpitaux de Lozère, nous verrons comment renforcer les équipes des aumôneries catholiques. J’aurai donc, à ce sujet, à rencontrer les responsables diocésains de la Pastorale de la santé. J’ajoute, ici, que Dieu n’envoie pas le Covid-19 pour nous punir ou nous éprouver. Ce virus est un mal, et comme mal, il doit être absolument combattu. Dieu ne provoque pas ce qui nous fait souffrir. Les événements douloureux de notre monde ne sont pas pensés ou programmés dans une sorte d’officine céleste pour être un jour réalisés, quoi qu’il en coûte. Dieu ne fabrique pas les événements ! Dieu n’est pas dans l’événement de cette pandémie qui nous touche mais Il est avec nous dans les événements que nous traversons : « Je suis avec vous tous les jours » dit Jésus à ses amis. Il nous offre son Esprit Saint pour qu’Il inspire, anime, oriente notre liberté et notre responsabilité afin de poser les actes qui, en conscience éclairée, nous semblent justes et bons pour le service de nos frères.

 

En vous souhaitant courage, foi et espérance pour nous soutenir les uns les autres dans cette épreuve, je vous invite, chers amis, à prier, chaque jour, le Seigneur par l’intercession de Saint Roch pour nous accorder d’être libérés au plus vite de ce fléau et stimuler, en nous, une fraternité active.

+ Benoit BERTRAND
 Evêque de Mende
Glorieux Saint Roch, aimé et vénéré en Lozère,
animé d’une foi et d’une charité admirables,
tu as quitté une vie confortable pour servir tes frères malades.
Aujourd’hui tu es invoqué dans le monde entier.
Par ton intercession, que Dieu veille sur nous et sur tous ceux que nous te recommandons.
Qu’il nous délivre de tout mal du corps, de l’esprit ou de l’âme.
Inspire-nous les paroles et les gestes de réconfort ou de solidarité à l’égard de tous ceux qui souffrent sur nos chemins.
Fais de nous les témoins de l’amour et de la tendresse du Christ.
Garde-nous une santé suffisante pour assumer notre mission de chrétiens au service
de la paix, de la fraternité et des conditions de vie meilleure pour tous.
Enfin, après avoir fait route comme toi sur cette terre,
que nous obtenions la grâce d’être accueillis par toi dans la maison du Père.
Saint Roch, prie pour nous. + AMEN