Menu
En ce moment
Flash

Message de Mgr Benoît Bertrand pour vivre la Semaine Sainte 2020 en période de confinement

Frères et sœurs,
Chers amis,

Le Dimanche des Rameaux et de la Passion nous ouvre sur une semaine particulière. Quel mot assez fort pourrait la qualifier ? La tradition l’a appelée la « Semaine Sainte ». Une semaine bouleversante. Les événements se précipitent. Qui peut dire comment l’affaire va se terminer ? D’un triomphe populaire jusqu’à une mort atroce sur une croix, en passant par un repas testament entre amis et un procès étrange, une terrible farce ! Pourtant, ces événements vont traverser les siècles et les générations. Ils vont lancer, et pour toujours, le christianisme dans l’histoire. Ce sont des événements fondateurs. Ils vont inspirer des foules immenses.

Ces événements de la Passion, de la mort et de la résurrection du Seigneur, nous allons les célébrer en des temps éprouvants : crise sanitaire mondiale, confinement, préoccupations pour nos proches, les plus anciens en particulier. Devant les milliers de malades et de victimes du COVID-19, nous voici comme contraints à nous placer devant nos finitudes humaines, notre pauvreté, nos peurs… Nous aurons assurément, plus tard, à nous interroger : que nous est-il donc arrivé ? Pour le moment, vivons cette Semaine Sainte 2020 comme des pauvres, incertains de nous, mais sûrs de Dieu. Je vous invite à vous unir spirituellement aux Offices célébrés, par un prêtre seul, dans les églises paroissiales ou à la cathédrale*. Les horaires vous seront donnés. Le site internet du diocèse de Mende et celui de la Conférence des évêques de France mais aussi les rendez-vous radiotélévisés (KTO, Le Jour du Seigneur sur France 2, RCF Lozère, France Culture…) vous permettront de vivre la Semaine Sainte dans le contexte de l’épidémie.

Si notre traditionnelle bénédiction des Rameaux avec la procession qui l’accompagne avant la célébration de la messe sont rendues, cette année, impossibles, je vous propose, personnellement, en famille ou en communauté, de placer un rameau de buis ou de laurier sur une des croix dans votre logement puis de lire le récit de la Passion en Saint Matthieu (Mt 26,14-27,66). Il nous donne à méditer l’ensemble des faits : une foule en liesse, la solitude à Gethsémani, la trahison, la peur panique, le reniement de Pierre, la dérobade de Pilate, et tout ce qui s’est passé un vendredi après-midi de l’histoire vers 15h00, au Golgotha, à Jérusalem. Dieu s’y est fait connaître en se donnant. Par la Passion de Jésus, Dieu a dit son dernier mot en ce monde, le mot le plus lourd de sens. Cette Passion est présentée, en ces temps de pandémie, à celles et ceux qui souffrent et qui meurent dans les hôpitaux, les cliniques, les EHPAD ou seuls chez eux. Le Fils de Dieu est venu assumer nos souffrances et la réponse à nos questions viendra du tombeau vide au petit matin de Pâques. En vous unissant dans la prière à la messe célébrée, les prêtres béniront vos familles et vos rameaux.

La messe chrismale, célébration diocésaine par excellence, est reportée au mardi 26 mai 2020 entre la fête de l’Ascension et celle de la Pentecôte. Si la situation sanitaire le permet, nous nous retrouverons à Florac à 18h où les urnes contenant les huiles saintes seront apportées dans le chœur de l’église. Je vous invite à penser aux enfants, jeunes et adultes qui accueilleront, l’année prochaine, les dons du Seigneur pour leur vie. Par ses dons, Dieu se fait proche des catéchumènes, il console et réconforte les malades, il provoque la joie des confirmés en les envoyant témoigner de l’Évangile.

Certains s’interrogent : comment vais-je célébrer, cette année, le sacrement de la réconciliation ? Cette question est aussi la mienne ! Avec le devoir de rester chez nous, il ne nous sera pas possible, avant la fête de Pâques, de venir rencontrer un prêtre. Mais, chers amis, approchez-vous quand même de la Miséricorde de Dieu : prenez le temps de « mettre de l’ordre » dans votre cœur, désignez en vérité ce qui n’a pas été et serait à convertir, reconnaissez humblement votre péché en parlant à Dieu. Demandez-Lui pardon, récitez l’acte de contrition, prenez la résolution -lorsque l’épidémie sera passée- de rencontrer un prêtre puis dites le Notre Père et soyez en paix… Je précise qu’il n’est pas possible de recevoir l’absolution par téléphone ou visioconférence.

Le Jeudi Saint, en communion avec vos prêtres et vos diacres, vous ferez mémoire, seul, en communauté ou en famille, de la Cène du Seigneur. Comme un signe de la tendresse de Dieu qui s’approche de son peuple, je demanderai à Dieu présent dans l’Eucharistie sa bénédiction pour les habitants de Mende et pour tous les Lozériens, ceux qui croient et ceux qui ne croient pas, les malades et les soignants en particulier. A 19h30, avant la messe célébrée in privatum en la cathédrale, je vous bénirai avec le Saint Sacrement. Ce sera un signe de protection et d’attention du Seigneur offert à tous. Nous Lui demanderons son aide pour combattre le virus et nous soutenir fraternellement. 

Le Vendredi Saint nous pourrons, personnellement, célébrer le Chemin de Croix et nous unir aux Offices de la Passion du Seigneur célébrés en privé. Les méditations et livrets de prières (Préparons dimanche, Prions en Église, Magnificat…) et autres Missels nous seront bien utiles. Au cœur du Mystère Pascal se dresse la Croix du Seigneur. Essayons, là où nous sommes, de garder le recueillement en cette journée de jeûne et de prière. La Passion s’adresse aussi à tous ceux et toutes celles qui aiment, servent, soignent, se donnent. En elle se vérifie jusqu’où va l’amour véritable : être capable d’aimer jusqu’au pardon total, désintéressé, être capable d’aimer jusqu’au bout ! L’amour de Dieu est sans limite. Élargissons nos regards. Nous vivons confinés et non pas repliés.

Au terme d’un Samedi Saint, vécu dans une attente active et une prière confiante, nous serons unis aux célébrations, sans peuple, des Veillées Pascales en la cathédrale et dans nos églises paroissiales. Nous prierons pour les 8 catéchumènes dont les baptêmes seront reportés au samedi soir de Pentecôte. Notre diocèse de Mende est comme encouragé sur son chemin de foi et de conversion par celles et ceux qui demandent aujourd’hui le baptême. L’une d’elles témoigne, je la cite :« Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours cru en Dieu. J’ai toujours prié à ma manière. Je n’ai jamais eu d’éducation religieuse mais j’ai toujours parlé à Dieu. Aujourd’hui je suis heureuse d’affirmer ma foi, d’oser en parler à ma famille… ma décision est réfléchie mais surtout elle s’impose à moi comme une évidence dans ma vie ».

Avec le Saint jour de Pâques, le Christ ressuscité nous appellera à passer des ténèbres à son admirable lumière ! Les grands maîtres de la spiritualité chrétienne l’ont souvent répété : ou bien le christianisme est un chemin de lumière et de vie ou bien il n’existe pas ! Si notre existence personnelle en est un signe, elle sera un témoignage : « Celui qui a été capable de changer ma vie au point de vouloir marcher à sa suite, je te dis qu’Il est capable de changer ta vie ». Avec la triste épidémie et le confinement, nous serons conduits, une nouvelle fois, à offrir au Seigneur une prière de communion de désir, elle est à votre disposition sur le site du diocèse.  

Puissions-nous vivre, chers amis, cette Semaine Sainte 2020 en profonde communion spirituelle les uns avec les autres, unis à l’Église du ciel et de la terre. Le Seigneur nous l’assure : « Le royaume de Dieu s’est approché de vous ». Notre-Dame, Saint Privat et Saint Roch, priez pour nous.

+ Benoît Bertrand,
  Évêque de Mende

*

 

 

Information

Pour les enfants

Pour tous

♦ Le chapelet à midi

Chaque jour de confinement, notre évêque nous invite à être tous en union de prière en priant le chapelet tous les jours à midi.

Chemin de croix proposé par le Secours catholique Lozère


RCF Lozère se mobilise

Dans le contexte d’épidémie de coronavirus, RCF se mobilise pour ses auditeurs à trois temps forts en direct :

1 – Vous avez la parole
Du lundi au vendredi, de 9h à 10h, et de 21h à 22h pour un temps de libre antenne avec vous.
Par téléphone au 04 72 38 20 23 ou par mail à emissionspeciale@rcf.fr

2 – Célébrations quotidiennes

Messe en direct du lundi au vendredi de 11h à 11h30
Messe dominicale le dimanche à 18h15 avec Mgr Gobilliard (évêque auxiliaire de Lyon)

3 – Tous les jours le chapelet en direct de Lourdes
Mende : 97.9 Saint Chely : 99.9 Langogne : 95.6

Suivre la messe avec ‘Le jour du Seigneur’ sur France 2

Comme tout au long de l’année, France 2 diffuse la messe en direct dans son émission Le jour du Seigneur.
La messe est à suivre à 11h sur la chaîne télé France 2

Suivre la messe sur KTO TV

KTO diffuse en direct trois messes quotidiennes et dominicales : à 7h, à la chapelle Sainte-Marthe à Rome en partenariat avec Vatican media ; à 10h, à la grotte de Lourdes (à l’exception du mercredi où l’Audience papale est maintenue) ; à 18h15, à Saint-Germain-l’Auxerrois. Ces messes sont également diffusées le dimanche à 7h, 10h et 18h30.

Une émission quotidienne en direct : Le café du curé à 14h30
KTO ouvre sa ligne téléphonique et ses réseaux sociaux du lundi au vendredi. Autour d’un café, en direct, un curé de paroisse écoute, conseille et accompagne tous ceux qui sont confinés. Un échange spirituel et pastoral qui durera le temps de la crise pour tenir bon, en chrétien, dans l’épreuve. On peut poser ses questions en téléphonant au +33(0)1 73 02 22 84 ou par mail à cafeducure@ktotv.com. Une émission animée par Florent Lévêque.

Préparons Dimanche

Préparons Dimanche est une émission diocésaine diffusée sur RCF Lozère et disponible également en version PDF sur le site du diocèse. Préparons Dimanche partage une méditation de l’Évangile du dimanche. Une aide précieuse pour mieux goûter la Parole.

 

 

Evénement

Durant le carême, de courtes vidéos tous les vendredis

1/ Introduction

A la veille de l’entrée en carême qui débute mercredi 26 février 2020 (messe des Cendres), le père François Durand, vicaire général, donne quelques exemples concrets pour nous mettre sur les rails avec les trois piliers que sont le partage, la prière et le jeûne.

 

2/ Un temps pour les catéchumènes

Dans cette deuxième vidéo, le père François rappelle que cette période du carême a été créée pour les adultes qui se préparent au baptême : les catéchumènes.

3/ Le temps du carême pour nous préparer au temps pascal

4/ Rencontre autour d’un puits

5/ Jésus et l’aveugle de naissance

6/ La résurrection de Lazare

7/ Le dimanche des Rameaux et de la Passion du Christ

 

 

 

 

 

 

 

Evénement

Le Carême débute mercredi 26 février 2020. Il nous emmène sur un chemin de conversion, « périple spirituel » de quarante jours, pour vivre pleinement la Résurrection du Christ, à Pâques, cœur de la foi chrétienne.

Pendant le Carême, avec Jésus, nous entrons au désert, comme les Hébreux vers la terre promise.

A la suite du Christ, il ne s’agit pas de faire des efforts par nos propres forces humaines mais de laisser le Christ nous habiter pour faire sa volonté et nous laisser guider par l’Esprit.

Durant le temps du Carême, nous sommes invités à nous donner des moyens concrets, dans la prière, la pénitence et l’aumône pour nous aider à discerner les priorités de notre vie. Le temps du Carême est un temps autre qui incite à une mise à l’écart pour faire silence et être ainsi réceptif à la Parole de Dieu.

 


Point de repères

Le Carême commence le Mercredi des Cendres, mercredi 26 février 2020, et s’achève le Jeudi Saint, le 9 avril 2020, avant la célébration de la Cène du Seigneur. La Semaine Sainte, qui commence avec le dimanche des Rameaux 5 avril 2019, commémore la Cène, la Passion et la mort du Christ sur la Croix. Le Samedi Saint au soir et le dimanche de Pâques, le 12 avril 2020, les chrétiens célèbrent la résurrection du Christ.

La durée du Carême – quarante jours sans compter les dimanches – fait en particulier référence aux quarante années passées au désert par le peuple d’Israël entre sa sortie d’Égypte et son entrée en terre promise ; elle renvoie aussi aux quarante jours passés par le Christ au désert entre son baptême et le début de sa vie publique. Ce chiffre de quarante symbolise les temps de préparation à de nouveaux commencements.