Église catholique en Lozère
04 février 2023 |

Récollection de l’Avent

RÉCOLLECTION DES PRÊTRES, DES DIACRES ET DES LAÏCS EN MISSION ECCLESIALE

L’AVENT – Par Soeur Marie Philomène DIOUF de la communauté de l’Immaculée Conception à Castres.

C’est ce dernier jeudi 8 décembre, jour de la fête de l’Immaculée Conception que les prêtres, diacres et laïcs en mission se sont retrouvés pour une journée de ressourcement à la maison diocésaine de Mende. L’intervenante venue, comme un fait exprès, de la communauté de l’Immaculée Conception de Castres ( petites soeurs bleues) en cette journée de solennité, a abordé le thème de l’Avent de manière assez originale.

En effet, l’Avent est défini comme un temps privilégié pour être soi même. Un temps pour soi, un temps d’arrêt pour être témoin d’une « révolution » du monde divin, en devenant humain à l’image de Dieu. A partir de l’interrogation de Dieu dans le passage de la Genèse : « Adam, où es-tu ? » (Gn 3,9), Soeur Marie-Philomène DIOUF amène peu à peu les participants à comprendre comment Dieu vient sauver Adam et toute l’humanité.

Adam a besoin de se cacher parce qu’il a mangé du fruit défendu et qu’il n’est pas très à l’aise avec cela. Mais Dieu vient lui proposer de devenir lui-même en cultivant la terre, sa terre, et « in fine » sa propre terre intérieure. Et c’est ainsi qu’il pourra sortir de sa cachette, grâce à Dieu ! Le temps de l’Avent invite chacun à travailler sa propre terre afin d’avancer dans la connaissance du projet de Dieu sur soi.

Par ailleurs, la vulnérabilité d’Adam, qui se reconnaît nu, le rend capable d’entrer en relation avec Dieu. Il devient capable de Dieu. Dans nos vies, chaque « raté » est une nouvelle chance de reprendre le chemin vers ce Dieu qui veut un lien profond avec l’humanité, pour toujours. En s’arrêtant devant le mystère de ce Dieu pauvre qui se donne lui-même, chacun est invité librement et de manière responsable, à une disposition intérieure pour accueillir Celui qui vient.

Dans le texte de l’Annonciation, Marie accepte la demande de l’ange de porter l’enfant Jésus avec humilité et dans une grande confiance, elle est comblée de grâces ! Elle a très probablement été à sa juste place tout au long de sa vie aux côtés de Jésus en vivant de ce qui lui était donné.

Et si ce temps de l’Avent c’était tout ce qui nous fait sortir de nous, ce qui nous bouscule à l’intérieur, pour faire un chemin de sortie, un chemin ouvert ?

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                            Corinne Cuisance