Belle fête à tous les consacrés à l’approche de la fête de la Présentation de Jésus au Temple !

 

Ci-dessous, voici la prière pour les vocations de ce mois de février 2024. Vous pouvez également télécharger cette prière au format pdf en cliquant ici : Prière pour les vocations et Intentions de prière.

 

« La vie consacrée par la profession des conseils évangéliques est la forme de vie stable par laquelle des fidèles, suivant le Christ de plus près sous l’action de l’Esprit Saint, se donnent totalement à Dieu aimé par-dessus tout, pour que, dédiés à un titre nouveau et particulier pour l’honneur de Dieu, pour la construction de l’Église et le salut du monde, ils parviennent à la perfection de la charité dans le service du Royaume de Dieu et, devenus signes lumineux dans l’Église, ils annoncent déjà la gloire céleste.

Cette forme de vie, dans les instituts de vie consacrée érigés canoniquement par l’autorité compétente de l’Église, les fidèles l’assument librement, qui, par des vœux ou d’autres liens sacrés selon les lois propres des instituts, font profession des conseils évangéliques de chasteté, de pauvreté et d’obéissance et, par la charité à laquelle ceux-ci conduisent, sont unis de façon spéciale à l’Église et à son mystère » (Droit Canon n° 573).

 

 

Chant :

 

+ Exposition du Saint-Sacrement

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (2, 22-40) 

 

« Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes.

 

Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur. Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. »

 

Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »

 

Il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage, demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de 84 ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.

 

Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth.

L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.

 

* Silence (~ 5 mn)

Chant :

« Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur. »

 

Offrir et s’offrir ! La vie consacrée est une offrande de sa personne, un don de soi. C’est aussi vivre à la suite du Christ et à la manière du Christ qui, le premier, a donné sa vie par amour. 

Prions pour tous les consacrés de notre Diocèse et surtout, prions pour que des jeunes garçons et filles offrent généreusement leur vie à la suite du Christ.

 

* Silence (~ 10 min)

 

Chant :

 

« Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui ».

Marie et Joseph se laissent émerveiller par le mystère qui s’accomplit sous leurs yeux. Ils acceptent de ne pas tout maîtriser de la vie de cet enfant Jésus.

Prions pour les parents de nos jeunes afin qu’ils s’abandonnent à la volonté de Dieu, qu’ils accompagnent leurs enfants dans leur discernement et leur réponse vocationnelle.

 

* Silence (~ 10 min)

 

Chant : 

« Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem ». 

 

La Bonne Nouvelle du Salut est destinée à tous les hommes et il doit rejoindre le monde entier, la création et l’histoire. Mais comment la faire parvenir à tout être s’il n’y a pas des messagers qui la proclame et  des témoins qui en vivent? 

Demandons au Seigneur de faire naître dans le cœur des jeunes cette certitude de la foi et le zèle de l’annonce du mystère du salut.

 

* Silence (~ 10 min)

 

Chant :

 

« La grâce de Dieu était sur lui. »

 

Le Seigneur avait promis à ses disciples sa présence à jamais  à tout ouvrier de l’Evangile. “Moi, je suis avec vous tous les jours”…; aussi a-t-il assuré à Saint Paul que sa grâce lui suffit. 

 

Prions pour que tous les baptisés, en particulier les jeunes, soient assurés de la grâce du Seigneur, présente dans les sacrements et dans sa Parole, cette grâce qui est la force pour répondre à chaque vocation et pour l’accomplir.

 

PRIÈRE : Dieu éternel et tout-puissant, nous t’adressons cette humble prière : puisque ton Fils unique, ayant revêtu notre chair, fut présenté dans le Temple, fais que nous puissions aussi, avec une âme purifiée, nous présenter devant toi.

Chant : (Tantum ergo)

 

* Oraison + Levée du Saint-Sacrement + bénédiction.

 

Chant : Ave Maria

 

 

Bénédiction du Saint Sacrement 

 

A la fin de l’Adoration (pendant le chant, on encense) :

 

Tantum ergo, Sacramentum

Veneremur cernui :

Et antiquum documentum,

Novo cedat ritui :

Praestet fides suplementum,

Sensuum defectui.

 

Genitori, Genitoque,

Laus et jubilatio :

Salus, honor, virtus quoque,

Sit et benedictio :

Procedenti ab utroque,

Comparsit laudatio. Amen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce sacrement est admirable !
vénérons-le humblement,
et qu’au précepte d’autrefois
succède un rite nouveau !
que la foi vienne suppléer
à nos sens et à leurs limites !

Au Père, au Fils notre louange,
l’allégresse de nos chants :
salut, honneur, puissance
et toute bénédiction :
à l’Esprit du Père et du Fils
égale acclamation de gloire ! Amen

 

Seigneur Jésus Christ, dans cet admirable sacrement tu nous as laissé le mémorial de ta passion ; donne-nous de vénérer avec une telle ferveur les saints mystères de ton Corps et de ton Sang, que nous puissions goûter sans cesse en nous le fruit de ta rédemption. Toi qui vis et règnes avec le Père dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu, pour les siècles des siècles. Amen.

 

Bénédiction du Saint Sacrement.

 

Dieu soit béni.
Béni soit son Saint Nom.
Béni soit Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme.
Béni soit le Nom de Jésus.
Béni soit son Sacré Cœur.
Béni soit son précieux Sang.
Béni soit Jésus dans le très Saint Sacrement de l’autel.
Béni soit l’Esprit Saint Consolateur.
Bénie soit l’auguste Mère de Dieu, la très Sainte Vierge Marie.
Bénie soit sa Sainte et Immaculée Conception.
Bénie soit sa glorieuse Assomption.
Béni soit le nom de Marie, Vierge et Mère.
Béni soit Saint Joseph, son très chaste époux.
Béni soit Dieu dans ses anges et dans ses saints.

Mon Dieu, donnez-nous de nombreux et saints prêtres.

Mon Dieu, donnez-nous de nombreuses et saintes vocations religieuses.

Mon Dieu, donnez-nous de nombreuses et saintes familles.

Mon Dieu, donnez-nous de nombreux et saints laïcs.

Seigneur, rends-nous saints comme toi-même es Saint !