Menu
En ce moment

Le 15 aout, il y a toujours beaucoup de monde sur les différents sites où la Sainte Vierge est honorée. Paulhac-en-Margerdide, en reste une très belle illustration.

Autour de son joli clocher très fin, pointé vers le ciel, dans le parc ombragé, nombreux sont les fidèles qui rendent visite à ND de Beaulieu, chère au cœur de beaucoup de Margeridiens. La messe de 2019, avec le père Pierre-Yves Girod, en fût un bel exemple.

Traditionnellement, le premier dimanche suivant le 15 août, c’est le grand Pèlerinage à Saint-Roch, autour de la superbe chapelle, aux confins de la Lozère, toute proche de la Haute-Loire. Cette année, ce fut le 18 août. Près de 800 personnes s’étaient déplacées pour assister à une très belle messe en plein air, présidée par Monseigneur Bertrand, évêque de Mende, assisté de l’abbé Robert Gras. Saint-Roch, très connu chez nous et toujours représenté dans les églises avec son chien, offre un joli nom à la très belle chapelle, qui voit passer tout le long de l’année plusieurs dizaines de milliers de pèlerins sur le chemin de St-Jacques-de-Compostelle. Le site est merveilleux et le recueillement exceptionnel.

A tel point qu’un deuxième pèlerinage est tous les ans organisé, le dimanche suivant le premier, et cela depuis longtemps. C’est l’abbé Raymond-Pierre Coly qui, cette année, le 25 août, l’a présidé.

La célébration de la Nativité de la Vierge Marie est le 8 septembre. Quelle plus belle date, en 2019, que le dimanche 8 septembre pour la célébrer. Cette fois, direction Beaulieu, sur les hauteurs de Margeride, à 1400 mètres d’altitude environ. Une marche d’une vingtaine de minutes à travers bois, si on le souhaite, sinon, on peut approcher en voiture le site.

Ainsi une procession menée par l’abbé Girod, après le village de La Vachellerie, a préparé à la messe célébrée par l’abbé Robert Gras, où quelques 120 pèlerins avaient bravé le froid de ce début septembre, et la pluie pour s’approcher de Marie, sur cette terre, où l’apparition remonte aux années 1250. De nos jours, on peut voir un reste de l’ancienne chapelle, et le site remarquablement aménagé par tous les acteurs locaux, sous l’impulsion de l’enfant du pays, l’abbé Jean Vissac, hélas disparu, devrait fêter les 25 ans de remise en marche du pèlerinage, ici en 2020.

De beaux pèlerinages, très recueillis et fidèlement suivis d’années en années, grâce à nos prêtres, aux pèlerins, mais aussi grâce à tous ceux qui dans l’ombre se dévouent bénévolement, et avec joie pour la réussite de ces grandes journées.

Éric Veyrier