Menu
En ce moment

Arrivé en 2011, dans la petite communauté des Frères du Sacré-Cœur à St-Chély-d’Apcher, Frère Joseph, aveyronnais de naissance et infirmier ayant exercé en région parisienne, vient de quitter la terre barrabande pour un petit coin de Haute-Loire, tout proche de la Loire, le village de St Just Malmont.

Là-bas il rejoint une autre communauté de Frères du Sacré Cœur. Ils seront quatre, âgés de 79 à 88 ans. Lui-même, 82 ans s’occupera des autres, encore et toujours, comme il l’a fait toute sa vie, avec discrétion, fidélité et efficacité.

Dans la grande paroisse St-Jacques, au Nord-Lozère, il s’est approché des plus petits, des plus fragiles, des plus pauvres. Il n’a jamais compté son temps, et sûrement grâce à sa foi immense, il a servi avec bonheur Celui pour lequel il s’est engagé, dans une vie religieuse, à l’âge de 20 ans en 1957.
Chez nous il a visité beaucoup de personnes malades ou isolées. Lui-même dit qu’il a « beaucoup appris » au contact des plus défavorisés. Avec Frère Marcel, il assurait la permanence de mai à septembre tous les jeudis à la chapelle St-Roch, où il a rencontré d’innombrables pèlerins du le chemin de St Jacques.

Il est le délégué régional de  l’ACAT, ONG chrétienne de lutte contre la torture et la peine de mort, et une fois par mois à la sortie de la messe il remettait à qui voulait, une pétition à signer et à expédier.

Frère Joseph dit « je dois tout à ma Mère, c’est elle qui m’a appris à prier. Tout petit, elle disait le chapelet le soir, en me gardant dans ses bras ». Ils étaient six enfants. Il reste à présent encore en vie, une sœur près de Rodez et son frère Jean-Marie qui est prêtre vers Toulouse.

La Paroisse Saint-Jacques, avec ses prêtres, lui a rendu hommage le samedi 28 septembre au cours de la messe du soir, suivie par beaucoup de personnes. L’équipe de l’ELA (équipe locale d’animation) avait organisé une collecte, et Frère Joseph a reçu en cadeau une superbe doudoune pour affronter l’hiver en pays altiligérien. Le vin d’honneur, servi au fond de l’église a permis à tous d’embrasser une dernière fois Joseph et de lui témoigner toute l’affection qu’il a suscitée ici, en lui souhaitant une bonne adaptation dans sa nouvelle vie.
A St-Chély, il est remplacé par un autre Frère du Sacre Cœur. Cela ne s’invente pas ; il s’appelle aussi… Joseph et nous lui souhaitons la bienvenue.

Eric Veyrier