Menu
En ce moment

Notice historique

Coextensif au département de la Lozère, le diocèse a une origine très ancienne. Saint Martial passe pour avoir fondé l’Église de Mende et lui avoir donné son premier évêque en la personne de Saint Sévérien. L’épiscopat de Saint Privat, saint patron du diocèse, est en tout cas parfaitement historique : d’après Saint Grégoire de Tours, cet évêque aurait été martyrisé vers le milieu du IIIème siècle. Le diocèse était représenté au Concile d’Arles de 314 par le diacre Genialis. Il recouvrait jadis le pays des Gabales, appelé par la suite Gévaudan. La proximité de la vallée du Rhône et les anciennes voies Régordane et d’Agrippa durent en faciliter l’évangélisation. Pendant des siècles, les évêques se sont dénommés « évêques des Gabales » ; le titre d’évêques de Mende a prévalu à partir de 951.

Au cours des âges, le diocèse a été l’objet d’un certain nombre de modifications. En 1317, les paroisses de Bournoncles, Faverolles, Loubaresse, Saint-Just, Saint-Marc, en furent détachées au bénéfice du diocèse de Saint-Flour, démembré de celui de Clermont. Jusqu’en 1676 où il fut rattaché à l’archevêché d’Albi, le diocèse de Mende fut suffragant de Bourges. Au moment de la Révolution, l’évêché constitutionnel de la Lozère fit partie de la Métropole des Côtes de la Méditerranée dont le siège était à Aix. Le Concordat de 1801 unit à Mende le diocèse supprimé de Viviers et mit cet unique diocèse sous la dépendance métropolitaine de Lyon.

À cette époque les paroisses de Chanaleilles, Croisances, Cubelles, Grèzes-la-Clause, Monistrol d’Allier, Saint-Christophe, Saint-Préjet d’Allier, Saint-Venérand, Saugues, Thoras, Vabres-d’Allier, Vazeilles, Venteuges, Verreyroles furent rattachées à l’évêché de Saint-Flour et plus tard à celui du Puy lors du rétablissement de ce dernier en 1824. En 1823, l’ancien diocèse de Viviers retrouva son autonomie et fut rattaché à l’archevêché d’Avignon. Au Concordat, le diocèse de Mende perdit encore les paroisses d’Estables-d’Olt et de Peyreleau rattachées au diocèse de Cahors dont elles relevèrent jusqu’en 1823, date où elles furent réunies à l’évêché de Rodez alors rétabli. Il perdit également au Concordat, la paroisse de Melouse successivement rattachée aux diocèses d’Avignon et de Nîmes. En retour, il s’accrut des paroisses de Meyrueis et de Gatuzières, auparavant du diocèse d’Alès et des paroisses de Saint-André-Capcèze, de Vialas et de Villefort qui avaient fait partie du diocèse d’Uzès.

La cathédrale actuelle, dédiée à Notre-Dame, basilique mineure depuis le 21 juin 1874, s’élève sur le lieu de sépulture de Saint Privat. Consacrée le 10 octobre 1620 par Mgr Charles de Rousseau, elle remplace celle qu’avait fait construire le Bienheureux Pape Urbain V, presque entièrement détruite lors des guerres de religion, après la prise de Mende, la nuit de Noël 1579.