Église catholique en Lozère
17 avril 2024 |

Le Denier de l’Église 2024

Durant le temps du Carême, chaque paroissien est invité à se donner des moyens concrets, dans la prière, la pénitence et l’aumône pour l’aider à discerner les priorités de sa vie.

Faire un Don exprime mieux que les mots une adhésion, un attachement mutuel, une appartenance à l’Eglise. Le don est un message que le donateur adresse à l’Église : « continue ta mission ».

Affiche de la campagne du denier 2024 avec le visage d'une femme sur fond orange.

Qu’est-ce que le denier ?

Créé par l’Église catholique en France après la séparation de l’Église et de l’État en 1905, le « denier du clergé » a été institué pour permettre le traitement des prêtres qui était jusqu’alors pris en charge par l’État. Ce traitement continue d’être pris en charge par l’État en Alsace-Moselle.

Cette collecte auprès des fidèles s’est ensuite appelée « denier du culte », terme qui est encore souvent employé, puis est devenue, depuis 1989, le « denier de l’Église ».

Le terme de « denier » est un peu désuet, mais les catholiques tiennent à le conserver, car le denier n’est pas un don comme un autre. Il ne fait pas appel à la générosité, mais plutôt à un sentiment d’appartenance ou de fidélité envers l’Église, pour que ceux qui sont plus spécialement en charge d’annoncer l’Évangile et de faire vivre l’Église, aient une juste rémunération. Le denier est un don volontaire, il n’y a pas de tarif ! Chacun donne en conscience selon ses possibilités.

A quoi sert le denier ?

Le denier n’est pas suffisant et il ne couvre qu’une partie des charges. Les diocèses, les paroisses et les prêtres ont d’autres ressources, principalement les quêtes, les offrandes de cérémonies et les offrandes de messes, les legs et donations. C’est l’ensemble de ces recettes qui permet de financer les besoins pastoraux de l’Église.

Cependant le denier en constitue  la part la plus importante dans la quasi-totalité des diocèses. Il importe donc de faire savoir aux donateurs du denier de l’Église l’utilisation privilégiée de leur don : traitement, charges sociales, formation, logement et frais pour les prêtres et pour les laïcs en mission.

Le denier donne le droit à une déduction fiscale. Les personnes assujettis à l’impôt sur le revenu peuvent déduire 66% de leur don. La campagne du «Denier de l’Église» n’a donc plus de secret : sans le denier, l’Eglise ne peut pas fonctionner. Son montant n’a pas d’importance, seul le geste compte.

Au nom des prêtres et des salariés du diocèse, nous vous remercions pour votre générosité, malgré les temps difficiles pour chacun, de votre don au DENIER DE L’EGLISE.