Église catholique en Lozère

21 octobre 2021 | 

Jubilé des 401 ans de la cathédrale

Grande fête diocésaine le 10 octobre 2021
à l’occasion des 400 (+ 1) ans de la consécration de la cathédrale

La fête pour le jubilé des 400 ans de la consécration de la cathédrale a été reportée en raison de la crise sanitaire un an plus tard et aura lieu le 10 octobre prochain.

Cet événement veut introduire la vie de notre diocèse dans un élan toujours plus missionnaire, avec comme symbolique forte, le parallèle entre l’église cathédrale reconstruite et consacrée en 1620, et l’Église diocésaine de pierres vivantes !

La journée se déroulera avec le matin, un premier temps fraternel qui rassemblera les prêtres, les diacres et leurs épouses, les responsables des communautés religieuses, les séminaristes, les équipes d’animation paroissiale, les équipes locales d’animation, et les responsables des services diocésains et les responsables des mouvements.

L’après-midi rassemblera tout notre diocèse pour une messe d’action de grâce en la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Privat, en présence de Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier, de nos anciens évêques, Mgr Paul Bertrand, Mgr Robert Le Gall et Mgr François Jacolin, de Mgr Francis Bestion, évêque de Tulle, de Dom Hugues, Abbé de Notre-Dame des Neiges, du Père Hugues de Woillemont, secrétaire général de la Conférence des évêques de France.

Temps forts particuliers :

Au cours de la messe, un rouleau sur lequel auront été immortalisés les 400 messages d’espérance recueillis, sera scellé dans une pierre de la cathédrale.

Notre évêque ouvrira également la dynamique synodale pour notre diocèse, alors que le matin même à Rome, le Pape aura inauguré le chemin synodal pour l’Église universelle.

A l’issue de la célébration :

Une photo sera prise sur le parvis de la cathédrale suivie d’une prise de parole du curé de la cathédrale puis de la préfète de la Lozère.

Un verre de l’amitié sera également offert.

En attendant le 10 octobre, quatre articles sur l’histoire de notre cathédrale seront publiés chaque semaine au sein de la page Religion et des feuilles paroissiales.

PROPOSITION POUR LES 11-29 ANS

Ça y est, la rentrée est passée !
Mais nous n’avons pas encore fait la nôtre !!
 
C’est pourquoi nous sommes heureux de vous inviter au rassemblement de rentrée des la pastorale des jeunes où nous célébrerons notre belle cathédrale.
 
Venez nombreux pour faire la fête, se rencontrer, jouer, rire, manger, prier, chanter…
 
Informations et  inscriptions :
 
N’hésitez pas à inviter vos amis, familles, parents ! 
 
Le passe sanitaire sera demandé pour les plus de 18 ans !
A très bientôt !
 
La Team Jeunes : Lætitia, Raphaëlle, Pierre-Yves, Marie et Catherine, et toutes les petites mains qui travaillent déjà à cette belle journée 
 
Dimanche-10-Octobre_Pasto-Jeunes_ter

Histoire de la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Privat de Mende

par Alain Laurans, archiviste

VIe-XIIe siècles

Au IIIe siècle, alors que l’empire romain s’effondre, la nouvelle religion, le christianisme, se répand en occident par les missions et grâce aux courants commerciaux. Il est présent en Gaule (l’ancienne France) d’abord dans les villes puis l’évangélisation se poursuit dans les zones rurales.

Notre région peuplée par les Gabales dont la capitale est Gabalum (actuellement Javols) a pour évêque un ermite, Privat. Il est martyrisé par des barbares vers 260. Le siège épiscopal initialement à Javols est transféré au Ve siècle à Mende, un petit bourg, lieu du martyr. Une basilique funéraire dédiée à saint Privat et renfermant ses reliques voit le jour. Elle est érigée en cathédrale vers le Xe siècle alors qu’Étienne porte le premier le titre d’évêque de Mende (951).

À l’intérieur, une crypte est dédiée à deux saints orientaux (saint Julien et sainte Basilisse) très honorés à cette époque. À l’extérieur, une petite église est dédiée à sainte Thècle, très célèbre dans l’Antiquité. Au début du XIIe siècle, la cathédrale, probablement en bois, est détruite par un incendie. Une nouvelle construction en pierre de style roman lui succède au même endroit. Elle est consacrée par l’évêque Aldebert II de Peyre en 1105.

Clôture d’autel (chancel) en calcaire jurassique, décorée d’entrelacs ; époque carolingienne. Musée du Gévaudan

Crypte actuelle, chapiteau de la cathédrale romane

XIIe-XVIe siècle

En 1170, l’évêque Aldebert III du Tournel fait creuser un puits dans le jardin de sa résidence et découvre dans les cryptes de sainte Thècle des reliques qu’il attribue à saint Privat. Très convoitées, elles auraient quitté Mende pour Paris au VIIe siècle, puis rapatriées avant d’être perdues vers le Xe siècle. Aldebert les transfère dans la crypte de la cathédrale anciennement celle de saint Julien et sainte Basilisse. Les cryptes de sainte Thècle tombent alors dans l’oubli. La cathédrale romane vieillissante est remplacée au XIVe siècle par un édifice gothique. L’initiative en revient au pape Urbain V (Guillaume de Grimoard né à Grizac en 1310) bienfaiteur de son Gévaudan natal. Élu pape en 1362, il laisse le siège épiscopal vacant et en attribue les revenus à la construction de la cathédrale. À sa mort en 1370, les travaux ne sont pas achevés et la Guerre de Cent ans les interrompt. Ils reprennent en 1452 sous l’épiscopat de Guy de la Panouse qui consacre le grand autel le 2 août 1467. Un nouvel élan est donné à la construction avec l’arrivée de l’évêque François de La Rovère qui décide la construction d’un clocher en façade. Le Chapitre fait de même. La célèbre cloche Marie-Thérèse est montée en 1521.

Commencée en 1362 par le pape Urbain V alors évêque de Mende, la cathédrale de Mende a été gravement endommagée par les calvinistes en 1580, puis restaurée et de nouveau consacrée en 1620.

Photo F. Barnaud pour les Edit. Laon – Collection privée

XVIe-XVIIIe siècle

Les guerres de religion que connait la France de 1562 à 1597 ravagent aussi le Gévaudan. Le capitaine protestant Mathieu Merle s’empare de Mende dans la nuit de Noël 1579, massacre des habitants, pille les trésors de la cathédrale avant de la détruire. Seuls subsistent les clochers, les chapelles du chevet et la partie nord de l’édifice. Les cloches sont fondues en pièce d’artillerie. La Vierge Noire est miraculeusement sauvée. En 1598, Henri IV fait don du timbre de l’horloge toujours en état. Les travaux de réédification commencent en octobre 1600. Si le plan de construction antérieur est respecté, le manque de ressources et l’urgence de posséder un édifice pour le culte contraignent l’architecte à effectuer sa tâche « sans façon ni ornements ». Le 10 octobre 1620, l’évêque Charles de Rousseau consacre la cathédrale en lui donnant comme Titulaire Notre-Dame et en lui associant saint Privat. Quelques années plus tard de nouvelles cloches sont installées et l’orgue fonctionne. La période révolutionnaire connait de nouveaux pillages. Le 8 décembre 1793 le mobilier de la cathédrale est brûlé. La Vierge noire est encore sauvée de justesse. L’interprétation de la Marseillaise préserve le buffet d’orgues. La cathédrale déchristianisée sert de cadre aux réunions des sociétés populaires et devient temple de la Raison puis de l’Être suprême. Le 15 juin 1798, elle retrouve sa vocation pour célébrer la Fête Dieu.

2020-10-27_Histoire-Diocese-Mende_Guerres-religion

Battant de la cloche « La Non-Pareille », détruite par Merle en 1581 afin de fabriquer des canons. Il pèse 470 kg, mesure 2m 25 de haut et 1m 10 de circonférence