Menu
En ce moment

La pastorale des personnes handicapées assure le contact

Nelly Blin travaille pour la pastorale des personnes handicapées sur le secteur de la paroisse Saint-Frézal de Marvejols. Avec la situation actuelle, sa mission au sein des établissements spécialisés n’est plus possible en présentiel. Pour ne pas « laisser tomber » les résidents qu’elle accompagne habituellement, elle a cherché d’autres moyens de garder le contact. Voici son témoignage :

Cette période exceptionnelle du confinement a été l’occasion de mettre en place une nouvelle façon d’intervenir dans les établissements Sainte-Angèle.

Par exemple, j’ai pu dialoguer avec les résidents du Foyer de Serverette. Pour la semaine Sainte, j’ai envoyé par mail aux responsables des établissements de Serverette et de Chirac, des textes méditatifs et explicatifs pour chaque jour, avec aussi les vidéos du père Pierre-Yves qui ont été unanimement saluées et appréciées. Merci à lui pour cette heureuse initiative.

Pour Pâques, un deuxième envoi de documents a été fait avec des prières et des liens pour les chants de circonstance. J’aurais bien mis en place une visioconférence, mais cela n’a pas pu être possible pour des questions matérielles et techniques.

Un troisième envoi a été fait pour le mois de mai, traditionnellement dédié à la Vierge Marie : prières et coloriages… agrémentent cet envoi.

Par ailleurs, et en raison du contexte actuel, une relation plus personnelle et de compagnonnage s’est développée avec Sabrina, une résidente de l’ESAT de Civergols. Ensemble, nous avons mis en place des rendez-vous téléphoniques depuis le début du confinement. Elle m’appelle deux fois par jour et moi, je lui téléphone le soir. Nous prenons soin l’une de l’autre et nous nous encourageons mutuellement. Je trouve Sabrina particulièrement courageuse, patiente et admirable car elle a été confinée dans sa chambre pendant plusieurs semaines.

Durant la journée, nous nous donnons des nouvelles et le soir est réservé à la prière. Ensemble, nous prions pour tous les soignants, les malades, les personnes âgées et les victimes. Marie est au centre de notre prière.

S’il m’arrive de me relâcher, alors Sabrina me remotive et m’incite à prier pour que l’on voie le bout du tunnel. Nous avons hâte de nous revoir de visu pour partager cette nouvelle relation qui est né grâce au confinement.

Propos recueillis
par Nolwenn Bottou