Menu
En ce moment
Chargement de la carte ....

Date / Heure
Date(s) - 31/08/2018
20 h 00 - 22 h 00

Emplacement
Cathédrale de Mende


Conférence puis concert « L’Ange de l’Annonce »

A 20h : conférence par M. Jean-Marc GHITTI et le P. François DURAND  (au 2 Place Chaptal 48000 Mende)
A 21h : concert de Michal OKON, soprano, et Gareth LEYSHON, pianiste  (à la cathédrale Notre Dame et Saint-Privat de Mende)

L’Histoire sainte ne peut pas se passer des anges parce que ceux-ci signifient la rencontre du temps historique des hommes avec l’action créatrice et rédemptrice de Dieu lui-même. Saint Luc nous raconte une « conversation » apparemment simple et facile, l’Annonciation, mais qui mérite d’être beaucoup méditée. Gabriel est un messager, angélos, encore plus que les autres anges, mais pour bien garder tout son mystère à l’Annonce qu’il porte, il faut la différencier :
– des nouvelles de l’actualité, celles que donne le journaliste, et qui s’inscrivent toujours dans la continuité d’une histoire chronologique.
– des annonces qu’on passe dans le journal lorsqu’on cherche quelque chose, car Marie ne cherchait rien.
– des prédictions ou des divinations des oracles, qui ne font qu’anticiper sur l’avenir.
Qu’est-ce que l’Annonce de l’Annonciation et qui est Gabriel qui la porte ? Qu’est-ce que l’Histoire sainte dans laquelle l’Annonciation prend son sens ?
Qu’est-ce qu’une Annonce qui vient dire à Marie, mais aussi à tout homme, ce qu’il est, à savoir, justement, celui qui est capable d’écouter, d’entendre et de comprendre une Annonce ?

Le projet :

Jean-Marc Ghitti

L’idée est de prendre la représentation des anges pour renouveler notre regard et relire notre patrimoine, en particulier le patrimoine rural. En peinture et en sculpture, dans les vitraux aussi, les anges sont omniprésents et, en marge des motifs principaux, on oublie souvent de les regarder et de les interpréter. Dans de nombreux lieux, on peut donc partir des anges pour évoquer l’histoire locale et l’inscrire dans une histoire de l’art plus générale et dans une histoire des idées et des mentalités en se référant aussi aux nombreux textes spéculatifs de l’angélologie. Mais les anges sont également souvent associés à la musique, de différentes manières selon les époques, et un concert peut également les évoquer, tout en mettant en évidence l’acoustique remarquable des anciens édifices. Aussi nous a-t-il semblé que le motif angélique pouvait permettre de relier les dimensions plastiques, musicales et intellectuelles des cultures qui se sont développées sur nos territoires et en dégager l’identité.

A Mende, dans la cathédrale, les anges sont représentés plusieurs fois, mais c’est Gabriel et l’Annonciation qui dominent. C’est pourquoi la conférence de Mende traitera principalement la question de l’annonce, de la nouvelle, mauvaise ou bonne. Les anges, qui sont des messagers, portent des annonces, mais qu’est-ce qu’une annonce ?

– Jean-Marc Ghitti est professeur agrégé de philosophie, docteur en sciences humaines et auteur de plusieurs essais, romans, contes et poèmes, notamment aux éditions de Minuit et du Cerf. Il intervient régulièrement sur la question des anges, entre philosophie, théologie et esthétique. Il prépare un ouvrage à ce sujet.

François Durand, Docteur en théologie, est prêtre du diocèse de Mende, administrateur diocésain et curé modérateur de la paroisse Saint-Privat de Mende.

– Anda Pelēka est une chanteuse soprano lettone. Formée au conservatoire russe Serge Rachmaninov de Paris, elle se produit aussi bien dans le répertoire russe, la musique traditionnelle de son pays ou encore les airs baroques et les mélodies. Première médaille du concours international Léopold Bellan. Sur les anges, elle a construit, avec Gareth Leyshon, un programme qui va des chants sacrés baroques jusqu’à la mélodie française, en passant par Franck et Moussorgski. Elle dirige la classe d’art lyrique du conservatoire du Puy.

– Gareth Leyshon est un musicien d’origine galloise, formé à l’École Normale de Musique de Paris. Pianiste et chanteur, il a également étudié la composition dans la classe de Michel Mermet, élève d’Olivier Messiaen. Premier prix de composition, prix de la Sacem, ses œuvres ont été jouées à plusieurs reprises dans la salle Alfred Cortot à Paris, mais aussi à York, à Londres et à Tokyo, et son Praeludium for Harp était le morceau imposé pour le concours de harpe de fin d’année au CNSM de Lyon en 2007. Installé en France, il enseigne le piano à l’école de musique des Marches du Velay et il accompagne ou dirige des chœurs.

Anda Peléka et Gareth Leyshon