Menu
En ce moment
Information

L’année pastorale 2019-2020 est marquée par la visite pastorale de Mgr Benoît Bertrand.

Cette visite pastorale est voulue par notre évêque auprès des jeunes pour les écouter, échanger avec eux et leur annoncer « une bonne nouvelle, bonne et nouvelle ».

Le fil rouge de cette visite pastorale est le très beau texte de l’exhortation du pape François : Christus vivit ! Il vit le Christ !
 

La rencontre des jeunes !

A la suite de l’exhortation apostolique du Pape François –Christus vivit– adressée aux jeunes et à tout le Peuple de Dieu, je vais aller à la rencontre du plus grand nombre de jeunes en Lozère. Quel bonheur ! Ces échanges vont se vivre à l’occasion d’une visite pastorale qui va se déployer tout au long de l’année 2019-2020. Cette visite de l’évêque, nous l’avons préparée avec Catherine Bauer, responsable de la pastorale des jeunes, et son équipe mais aussi avec les jeunes eux-mêmes.

Mais qu’est-ce qu’une visite pastorale ? Une promenade pour occuper l’évêque ? Une inspection en règle ? Un contrôle pour vérifier que tout va bien ? Non, il s’agit de la visite d’un Pasteur qui vient découvrir ce que vivent les jeunes : il écoute, encourage, soutient, réconforte, stimule… Le Pasteur commence par rendre grâce pour ce qui existe. L’évêque célèbre le Seigneur avec ceux et celles qu’il rencontre, il prie avec eux et pour eux. Il annonce la Bonne Nouvelle et se met au service des personnes, des institutions, des mouvements, groupes et communautés. L’évêque dit son attention à ce lien si précieux entre la foi et la vie ! Il invite à la rencontre avec Jésus. Cette visite pastorale des jeunes sera une belle occasion de porter un regard global sur ce qui est déjà proposé dans notre diocèse et de considérer, en tenant compte de la réalité, ce qui serait à accompagner, promouvoir ou créer !

+ Benoit BERTRAND
   Évêque de Mende

 

 

Information

La Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (CIASE) lance un appel à témoignages

Créée à l’initiative de la Conférence des évêques de France en 2018, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (CIASE) lance un grand appel à témoins.
Une adresse mail, un numéro de téléphone et une boîte postale ont été mis en place pour « recueillir de premières informations ».

Nous invitons les victimes ou témoins d’abus sexuels commis par des prêtres ou des religieux à prendre contact avec l’équipe que la CIASE a mise en place, en partenariat avec la fédération France Victimes en s’appuyant sur des professionnels reconnus et en recrutant des personnels spécialement formés, disponibles 7 jours sur 7, de 9h à 21h. Vous pouvez aussi nous écrire par mail ou par courrier.

Numéro de téléphone: 01 80 52 33 55.
Courriel : victimes@ciase.fr
Adresse postale : Service CIASE – BP 30 132 – 75525 Paris cedex 11
https://www.ciase.fr

Votre anonymat sera préservé et les données recueillies seront traitées avec toutes les garanties requises. La CIASE remercie par avance toutes celles et ceux qui répondront à cet appel. Ce qui fait que les victimes le demeurent et que les abus perdurent, c’est le silence. Ensemble nous devons trouver la force de le briser.

 

Information

Le rassemblement Terres d’Espérance 2020 veut proposer à tous les habitants de nos terres rurales, l’Espérance de l’Évangile, la lumière de l’encyclique du pape François Laudato si et de l’écologie intégrale, la parole d’une Église servante des plus éprouvés, des familles et de la société. Cet événement rassemblera à Chateauneuf-de-Galaure, fin avril 2020, près de 1000 personnes qui partageront leurs expériences variées et des projets nouveaux. Bien sûr, une belle délégation de notre diocèse, pilotée par Christophe Ducrohet, y participera avec joie.

Les évêques d’Auvergne ont publié en février dernier, une Lettre pastorale : Espérer au cœur des mutations du monde rural. Leur objectif est triple : accueillir les défis actuels des nouvelles ruralités dans nos diocèses, construire une Église toujours plus proche de tous et rendre compte de l’Espérance qui anime nos communautés dans le monde rural. Les prêtres, les diacres et les membres des Équipes locales d’animation de notre diocèse ont reçu ce document extrêmement stimulant. N’hésitez pas à vous le procurer*, à le lire et à partager entre vous vos réactions. Il me faudra aussi regarder ce qui serait à promouvoir dans le diocèse…

En Lozère, pays des grands espaces, un groupe de travail d’une dizaine de personnes a donc été constitué. Il va s’emparer de ce document. Il aura également à porter l’avant et l’après rassemblement dans notre diocèse de Mende pour, d’une part, signifier l’attention de notre Église aux réalités marquées par l’hyper-ruralité et d’autre part, rechercher de nouveaux chemins pour porter la joie de l’Évangile. Des expériences concrètes seront présentées à tous.

L’écologie intégrale est devenue, sous l’impulsion du pape François, un nouvel horizon pour notre Église. Elle n’entend d’ailleurs pas baisser le ton sur les questions environnementales pour que nous soyons de plus en plus nombreux à nous comporter en maîtres responsables de la Création. Et de ce point de vue, les jeunes nous aiguillonnent avec audace ! J’entends déjà, dans la visite pastorale que j’ai commencée auprès d’eux, leurs préoccupations. Tout cela fera l’objet de nos échanges durant l’Assemblée plénière synodale à Lourdes, évêques de France et laïcs. Notre foi et notre responsabilité sont ici engagées pour que nos territoires demeurent des Terres d’Espérance !

+  Benoit BERTRAND
 Évêque de Mende
Novembre 2019

* La lettre pastorale Espérer au cœur des mutations du monde rural est disponible à la maison diocésaine à Mende.

 

Information

La journée du 12 octobre 2019, sur les paroisses missionnaire a rassemblé les curés, diacres, responsables des services diocésains et les membres des équipes locales d’animation autour de notre évêque Mgr Benoît Bertrand.

Dans une ambiance festive et familiale à la fois, nous avons partagé et travaillé pour un nouvel élan missionnaire au sein de nos communautés locales, paroisses et du diocèse dans son ensemble.

Retours des différentes paroisses

Prière pour l’élan missionnaire en Lozère

Seigneur Jésus,
tu es avec nous tous les jours…
Ton Père et notre Père, par amour, n’abandonne personne.
Dans la force de l’Esprit Saint,
tu nous appelles à marcher ensemble sur les chemins de la mission.
Ton Évangile est, pour nous, source de paix et de joie.

Donne à nos cinq paroisses de croire, vivre et célébrer les mystères de ta Vie.
Tu invites les prêtres et les diacres,
les consacrés, les membres des Équipes locales d’animation,
les fidèles laïcs et les jeunes en particulier,
à vivre en un peuple fraternel, appelé à faire le bien, attentif aux plus petits.

Avec ton Église en Lozère,
Seigneur Jésus, tu nous appelles à la sainteté
pour témoigner au monde que tu nous aimes, nous appelles et nous veux vivants !

Trinité Sainte fais fructifier en nous les dons reçus de Toi
et nous deviendrons des disciples-missionnaires.
Que les Saints et les Saintes de notre diocèse intercèdent pour nous.

Amen.

+ Benoit BERTRAND
Évêque de Mende

 

 

Information Congrès Mission 2019 à Paris

Le Congrès Mission s’est déroulé à Paris du 27 au 29 septembre 2019.

« Pourquoi te désoler ô mon âme, et gémir sur moi ? Espère en Dieu ! De nouveau je rendrai grâce : il est mon sauveur et mon Dieu ! » C’est avec ce refrain du psaume 41 que je rentre du Congrès Mission à Paris.

Avec notre évêque et les autres membres du conseil épiscopal, j’y ai rencontré des gens qui aiment profondément l’Église, des jeunes qui se bougent pour annoncer Jésus aujourd’hui, des délégations venues de toute la France.

Dans les discussions comme dans les ateliers de travail, dans les messes comme sur les stands, j’ai été témoin d’une belle énergie, pétrie de lucidité et d’enthousiasme. L’Esprit-Saint est à l’œuvre et suscite des témoins ardents et audacieux. Avec humilité et sérieux, dans les villes comme dans les campagnes, ils sont créatifs et pleins d’initiatives pour que d’autres personnes – ne serait-ce qu’une seule ! -rencontrent Jésus.

Le Seigneur a un projet pour notre diocèse, pour notre paroisse ou plutôt pour la mission que sont notre diocèse et notre paroisse. Je reviens avec le désir de mieux servir ensemble ce projet de Dieu et avec la volonté d’associer le plus grand nombre de personnes possible à cette transformation missionnaire. Elle est d’ailleurs déjà engagée ! J’en suis convaincu.

P. François Durand

Information Journée de rentrée 2019 des chefs d'établissement

Mercredi 18 septembre, les chefs d’établissement de l’Enseignement catholique de la Lozère (Écoles, Collèges et Lycées) étaient réunis à la maison d’accueil de Chaldoreilles pour leur réunion de rentrée autour de notre évêque Monseigneur Benoît Bertrand.

Cette journée a permis de faire connaissance avec Monsieur Jean-Marc Aphaule, nouveau directeur diocésain. Mais elle a aussi été l’occasion de vivre un grand moment de rencontre, de partage et de fraternité. Cela a favorisé beaucoup d’échanges au cours du repas et de la randonnée de l’après-midi.

Au terme de la célébration en l’église de Serverette, les nouveaux chefs d’établissement on reçu leur lettre de mission.
Chacun est reparti nourri et heureux vers son établissement.

Geneviève Malavieille

A lire aussi :

 

Information

Du 4 au 12 septembre, Mgr Benoît Bertrand était en session de formation pour les nouveaux évêques à Rome.

La province ecclésiastique de Montpellier y était doublement représentée puisque Mgr Bertrand a suivi la formation en compagnie de Mgr Alain Guellec, le nouvel évêque auxiliaire du diocèse de Montpellier.

A Rome, notre évêque a prié saint Pierre et saint Paul pour que nous soyons tous renouvelés dans notre désir d’annoncer l’Évangile. Il a pu aussi prier Notre-Dame à Sainte Marie Majeure pour notre diocèse.


Plusieurs évêques français ont également participé à la session de formation des nouveaux évêques.

De gauche à droite :

– Mgr Matthieu Rougé, évêque du Diocèse de Nanterre
– Mgr Bruno Valentin, évêque auxiliaire du Diocèse de Versailles
– Mgr Benoît Bertrand, évêque du Diocèse de Mende
– Mgr Alexandre Joly, évêque auxiliaire du Diocèse de Rennes
– Mgr Jean-Pierre Vuillemin, évêque auxiliaire du Diocèse de Metz
– Mgr Alain Guellec, évêque auxiliaire du Diocèse de Montpellier

 

Enfin, Mgr Bertrand a eu la joie profonde de rencontrer le Pape François le 12 septembre ! « Une rencontre mémorable », a confié notre évêque. Un moment « impressionnant et fraternel à la fois ». Cette rencontre avec le Saint Père a aussi été pour Mgr Bertrand, l’occasion de mesurer davantage encore l’universalité de sa mission épiscopale.

 

 

 

 

 

 

 

Information Formations diocésaines 2019-2020 - Diocèse de Mende

Nouvelles formations  pour l’année pastorale 2019-2020

Découvrez en avant-première le programme des parcours de formations mis en place pour la nouvelle année pastorale.

Conférences, parcours biblique, théologie, ressourcement, catéchèse adulte… le service diocésain de la formation permanente regroupe dans un dépliant toutes ces propositions.

 

Le service diocésain de la formation permanente a pour vocation de proposer à tous les baptisés et personnes en recherche, des possibilités de grandir dans la foi et d’approfondir leurs réflexions et cheminement.

Ainsi, chaque année, des cycles de formations sont mis en place sous forme de parcours, sessions, conférences, récollections…

Des parcours spécifiques sont par ailleurs organisés pour répondre aux besoins des laïcs engagés dans un service d’église : membres d’équipe locale d’animation, aumôniers auprès des personnes en situation de handicap, laïcs en mission ecclésiale…

Adhésion annuelle :

Toutes les formations sont gratuites.

Seule une adhésion annuelle de 10 € est à verser afin de participer aux frais d’organisation, de chauffage, d’éclairage, de tirages de documents, etc.
Cette somme se veut volontairement modeste pour rester accessible à tous.

 

 

Information

Monsieur Jean-Marc Aphaule, nouveau directeur de l’Enseignement catholique de Lozère et de Montpellier, débute avec nous la rentrée 2019.

C’est un choix des évêques d’associer le diocèse de Mende à celui de Montpellier au niveau de la direction de l’Enseignement catholique. Quand Jean-Marc Aphaule a été retenu pour le poste de directeur diocésain de l’enseignement catholique de Montpellier, la direction diocésaine de l’enseignement catholique de Lozère lui a également été présentée.

Faire connaissance

Jean-Marc Aphaule vient du diocèse de Bayonne dans les Pyrénées-Atlantiques. Il est marié, père de quatre enfants et compte aussi deux petits-enfants.

Formé par les mouvements de jeunesse – et notamment ceux de l’action catholique – il a débuté en tant qu’enseignant d’histoire et géographie en lycée. Il a ensuite été chef d’établissement en zone d’éducation prioritaire pendant dix ans, puis d’un autre collège pendant six ans. C’est en 2005 qu’il s’est vu confier la direction de l’enseignement catholique du diocèse de Bayonne.

En 2006, il a été ordonné diacre avec une mission essentiellement tournée vers l’Enseignement catholique et sa paroisse.

C’est une nouveauté pour lui et sa femme d’arriver en Languedoc-Roussillon et de prendre la tête de deux directions diocésaines. Mais « il s’agit d’une même académie », souligne-t-il. « Après un temps de prises de connaissances et d’adaptation, je souhaite travailler un projet commun avec les deux évêques : Qu’est-ce qu’on fait ensemble pour le service des communautés éducatives de l’Enseignement catholique ? Et comment le fait-on ? Nous sommes au service ! »

Un poste pour deux directions

La gestion de ces deux directions ne l’impressionne pas. Les outils de communications actuels permettent de travailler en temps réel. Et autant que le besoin d’être présent sur site, la capacité de répondre aux questions est importante.

Il s’organise néanmoins pour être présent en Lozère un à deux jours par semaine de façon régulière et en fonction des besoins. Bien sûr, il participera activement à toutes les réunions de travail de l’enseignement catholique dans le diocèse de Mende, dans celui de Montpellier, et en région Occitanie. Autrement-dit « je suis directeur à 100% pour le diocèse de Mende et 100%pour le diocèse de Montpellier. Je ne suis pas à temps partiel. », confirme-t-il.

Pour Monsieur Aphaule, l’enseignement catholique est une structure d’Eglise à dimension diocésaine, mais les instances de travail sont académiques et régionales. Car les postes sont académiques. Ainsi, une réflexion régionale a lieu et c’est intéressant car les réalités des uns apportent un éclairage aux autres et avancent la réflexion. En collaboration avec le Codiec et autres collaborateurs évidemment.

La Lozère est un territoire que Jean-Marc Aphaule ne connaît pas mais qui ne le dépayse pas non plus : « par la géographie et les rencontres, je perçois des proximités avec le territoire d’où je viens. », livre-t-il. Mais il a tout à connaître et à apprendre des gens d’ici.

Les perspectives

 Le défi principal que perçoit Monsieur Aphaule est essentiellement lié à la démographie et à la ruralité. Et sans doute lié aussi à l’impression, qu’il a sentie en Lozère, d’être un territoire isolé. Ce ressenti vient sans doute d’une réalité historique, et peut-être encore vraie aussi.

Mais ce n’est pas le cas dans l’enseignement catholique. « La Lozère n’est pas seule, ni isolée. Il faut se libérer d’une vision exprimée sous les mots « défendre la Lozère »… en tous cas dans l’Enseignement catholique. Il faut exister, vivre avec les réalités d’aujourd’hui, et se concentrer sur les points essentiels : Quel projet éducatif ? Quel projet pédagogique ? Et quel projet pastoral proposer aux familles ?
Pour qu’il y ait une école, il faut qu’il y ait des enfants. La démographie est un enjeu essentiel. Il faut aussi des ressources suffisantes pour qu’une école vive.
Cela veut dire que dans l’Enseignement catholique, il y des enseignants, des éducateurs, des gestionnaires, des propriétaires immobiliers, l’Église locale… Il s’agit pour tous ces membres de se retrouver pour être ensemble, au service des enfants et des jeunes.
Dans le territoire d’où je viens, j’ai déjà connu des situations similaires et des questions d’isolement notamment. Mais soit on se victimise, soit on y va. Personnellement, j’ai plutôt perçu chez les Lozériens une envie d’y aller ! Même si ce n’est pas forcément facile, on peut néanmoins toujours trouver des moyens.»

Le nouveau directeur diocésain rencontrera la plupart des directeurs et enseignants lors de la journée de rentrée de l’enseignement catholique le 18 septembre prochain. Il ira aussi visiter sur place les équipes pédagogiques et les établissements.

Au service

En parallèle de son métier, Monsieur Aphaule est donc diacre. Le mot vient du grec diaconos qui signifie « serviteur ». Il est le ministre du service et du seuil. Et il explique : « Le seuil, c’est ce qu’il y a devant la maison. Il faut rappeler à ceux qui sont dans la maison, qu’il a dehors des hommes et des femmes à rencontrer, à aller servir. Et c’est dire à ceux qui sont au-dehors, qu’il y a une place à prendre à la maison. Et que s’ils ne viennent pas, ils vont nous manquer. » Et pour reprendre une réflexion du pape François, Jean-Marc Aphaule conclue : « Parfois, il n’y a pas loin du seuil aux périphéries. Et l’école est un seuil. »

Nolwenn Bottou

 

Information Un site internet pour comprendre et lutter contre la pédophilie

Numéro d’écoute pour les victimes des violences sexuelles

Tél. 07 68 55 00 43  (24 heures sur 24 et 7 jours sur)

Ce numéro mis en place par les diocèses de Mende et de Montpellier est une cellule d’écoute et d’accompagnement ouverte aux victimes comme aux auteurs de violences sexuelles.

Ces appels sont pris en charge par une équipe de professionnels basée sur Montpellier et composée de psychiatres, psychanalystes et juristes. Ils sont à la disposition des victimes et des auteurs afin d’offrir une écoute et un accompagnement adapté à chaque cas.

D’autre part, toute personne victime ou témoin de violences sexuelles dans le cadre du diocèse peut se signaler auprès du secrétariat de l’évêché afin de rencontrer l’évêque (04 66 31 90 98).

Au niveau national
 
An avril 2016, le Conseil permanent de l’Église de France a pris de nouvelles mesures, créant notamment une adresse mail « paroledevictimes@cef.fr » ouverte aux victimes et un site internet pour informer, mettre en relation et agir contre la pédophilie.
 

Un site internet pour comprendre et lutter contre la pédophilie