Menu
En ce moment
Calendrier des événements
Evénement
Pour les 400 ans de la consécration de la cathédrale de Mende, plusieurs manifestations sont prévues pour marquer l’évènement

La cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Privat de Mende a été consacrée le 10 octobre 1620. Un concert, des conférences et une messe vont permettre de faire mémoire de ce jubilé.

Dans le détail :

  • Un concert sera donné par la chorale Sainte-Cécile et les Amis de l’orgue de la cathédrale, le 10 octobre 2020, date officielle des 400 ans de la consécration de la cathédrale.
  • Une messe d’action de grâce sera célébrée le 14 novembre 2020 pour faire mémoire des 400 ans de la cathédrale et fêter la clôture de la visite pastorale de Mgr Bertrand auprès des jeunes.

Trois conférences sont organisées à l’occasion des 400 ans de la consécration de la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Privat de Mende.

Elles auront lieu à 20h30, à la cathédrale.

– Conférence n°1 : le 29 août 2020 – « La cathédrale, des paroles pour aujourd’hui et pour demain ? », animée par le père Pierre Remise

– Conférence n°2 : le 12 septembre 2020 – « La cathédrale, un monument vivant : quand les pierres nous parlent d’histoires », animée par Fabrice Gral et Adrien Donnadieu

– Conférence n°3 : le 2 octobre 2020 – « 18 siècles d’histoire de l’Église de Mende », animée par Alain Larans

Evénement
Durant l’été, des propositions de foi pour les jeunes de notre département sont organisées dans le respect des recommandations sanitaires. Toutes les mesures seront prises pour assurer la sécurité des participants aux séjours.
1/ Un camp sous tente à Chadenet du 5 au 14 juillet, en pleine nature avec deux propositions distinctes sur le thème : Il te veut vivant !
 
– pour les 8-11 ans, des activités spécifiques à leur âge dans la continuité de leur vie au caté, mais aussi jeux, ateliers, veillées festives, balades, …
 
– pour les 12-17 ans, des activités de pleine nature, randonnées, découverte de la faune et de la flore et spectacle dans la continuité des activités des aumôneries diverses de nos paroisses.
 
Un projet de spectacle retraçant les récits de la résurrection de Jésus sera aussi au cœur du séjour.
La participation est ouverte à tous, sans prérequis de participation aux activités de l’aumônerie durant l’année.
 
Inscriptions sur https://jc48.jimdosite.com/
 
 
 
2/ Deux séjours d’école de prière : 
 
A Chirac, dans les locaux des frères du sacré cœur, Un séjour pour prendre du temps avec Jésus, expérimenter la vie fraternelle et la rencontre des autres, jouer, découvrir et prendre le temps d’être en vacances, avec pour thème : Avis de tempête, au souffle de l’Esprit
 
– du 19 au 26 juillet
– du 16 au 22 août
 
 
 
 
 
 
Inscription sur le site : www.lecep.net
Pour tout renseignements, contactez la pastorale des jeunes : Catherine BAUER au 07 87 61 23 75
 
Evénement
En cette période de confinement, le service jeunes et vocation en lien avec les orientations de notre évêque vous propose un mois de mai plus attentif à la question des vocations. 
 
Notre vocation de baptisé est d’abord de participer avec nos dons et nos talents à la vie de l’Église auprès des jeunes, des personnes âgées ou handicapées, des enfants, des couples, des familles.
Certains baptisés ressentent un appel fort à mettre toute leur vie au service des autres dans les vocations spécifiques telles que : prêtres, diacres, religieux-ses…, ou dans le mariage.
Témoignages de prêtres, religieuses, époux… recueillis par le père Pierre-Yves Girod, pour le service des vocations :

En ce mois de mai dédié à la question vocationnelle, des initiatives diocésaines à vivre : 

1) une vidéo introductive à ce mois de mai
2) Participer à la journée diocésaine de prière le 10 mai 2020
Le lien Doodle pour s’inscrire sur le créneau horaire durant lequel vous vous engagez à prier 15 minutes (minimum) : https://doodle.com/poll/bz7cuq46ftptebr5  et selon la proposition suivante :
 
1- Se mettre en présence du Seigneur par un temps de silence ou un chant
2- Prier une dizaine de chapelet
3- Prier pour les personnes qui nous ont marquées, celles qui ont été importantes sur notre chemin de chrétien
4- Prier pour ceux/celles qui ont des choix importants à faire en cette fin d’année, ceux qui sont en questionnement, ceux qui se préparent à donner leur vie au Christ
5- Prier la prière jointe
 
3) Vous pouvez aussi prendre le temps de prier avec la prière jointe tous les jours.
En espérant que ces propositions trouveront un écho favorable, nous vous souhaitons un beau moi de mai !
 
Pierre-Yves Girod et Catherine Bauer
pour le Service diocésain des vocations
 

 

 

Evénement

La fête de Pentecôte éclairée par la réflexion des carmélites de Mende

Mai 2020 – Pentecôte – Année A

Ruminatio libre

Lecture « Tous furent remplis de l’Esprit Saint et se mirent à .. Ac 2, 1-114
Psaume Ô Seigneur, envoie ton Esprit qui renouvelle la face de la terre !
2 lecture « C’est dans un unique Esprit que nous t.. 1 Co 12, 3b-7.12-13
Évangile « De même que le Père m’a envoyé, moi aussi je l… Jn 20, 19-23

PAIX …. Il répandit sur eux son Souffle… souffle vital

Nous célébrons le don de l’Esprit promis par le Père, l’Esprit du Père et du Fils. Il est l’autre défenseur annoncé par Jésus et qui nous conduira à la Vérité tout entière, au cœur même de Dieu.

Nous sommes encore tout bouleversés par ce covid-confinant et alors que le dé-confinement  s’amorce, la tentation est grande d’avoir le cœur partagé, de laisser arriver le murmure pour telle ou telle raison.  Le Seigneur Jésus en cette fête de Pentecôte vient à notre secours. « C’était après la mort de Jésus, le soir du premier jour de la semaine. Les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur…. du Corona… non pardon des juifs !   « Jésus vint…..et il était là au milieu d’eux, il leur dit : la paix soit avec vous. » Voilà ce qu’il nous dit Paix, la Paix soit avec vous !

Paix c’est l’un des noms du seigneur Jésus que l’on trouve dans le livre du prophète Isaïe et  dont nous lisons le passage  la nuit de Noël « il s’appellera prince de la paix »

Non seulement il nous donne sa paix, mais il est au milieu de nous, lui qui est paix. « Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur ». Nous sommes remplis de joie à la pensée de la rencontre avec Jésus Christ  dans les sacrements qui nous sont à nouveau offerts. Oui, n’oublions jamais de rendre grâce pour ce pur don gratuit de notre Dieu.

Notons au passage combien chacun a pu expérimenter la force transformante toujours active de sa première communion, première communion avec le Christ qui est toujours actuelle dans nos vies, si nous pensons à la réactualiser.

Jésus leur dit de nouveau « la paix soit avec vous, » au cas où nous n’aurions pas compris. Laissez -vous transformer par ma paix, par ma personne qui se donne à vous dans le sacrement de l’Eucharistie ; La paix du Seigneur ne vient pas de la tranquillité extérieure mais de l’assurance qu’on a que l’Esprit Saint est en nous tous, et entre nous. Elle va souvent être mise à mal, car bien souvent on se trouve dans des situations délicates. Le baptême ne protège pas, il nous expose à vivre la paix d’une manière vigoureuse. Être chrétien c’est risqué soit dans la famille, soit dans le quartier ; l’ironie, le ridicule sont toujours difficiles à digérer, car notre orgueil en prend un coup, mais au fond, la paix demeure ; Et, on va réactualiser cette paix chaque fois, non pas en fuyant l’épreuve, mais en la dépassant. N’oublions pas qu’à chaque Eucharistie : le prêtre nous dit « que la paix du Seigneur soit toujours avec vous ». Elle est avec nous. Il faut réactualiser sans cesse cette réalité et ainsi arriver à en vivre au quotidien.

 «… de même que le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie » Et maintenant soyez les porteurs de la paix que je vous donne, vivez-là au plus profond de vous-même pour la rayonner autour de vous. « Ayant ainsi  parlé, il répandit sur eux son souffle ».  

Nos traductions nous laissent un peu sur notre faim, sachons seulement que c’est le même verbe qui est employé  dans le livre de la Genèse au chapitre 2 verset 7.   Il souffla en eux, il souffla sur eux, il répandit son souffle.  Il s’agit du souffle vital, un souffle de re-création, de vie neuve pour que nous soyons vivants de sa Vie : c’est que veut dire le mot utilisé par St Pierre dans sa deuxième lettre « la participation à la vie divine »  « et il leur dit : recevez l’Esprit Saint » Cet Esprit saint est toujours avec nous, en nous pour nous conduire .On ne peut pas perdre la grâce de l’Esprit Saint, on peut la bloquer dans un coin, mais on ne perd pas Dieu..

Nous avons reçu le don de l’Esprit dans les sacrements de l’initiation chrétienne : baptême, confirmation, eucharistie. L’Esprit est toujours présent en nous, nous en sommes remplis à chaque eucharistie comme le dit la prière eucharistique n°3 « quand nous serons nourris de son Corps et de son Sang et remplis de l’Esprit Saint. »

Grâce à la célébration de la fête de Pentecôte en Église, le don de l’Esprit nous est encore offert pour le recevoir « tous ensemble » et vivre la communion.  Reçu par tous, il va relier tout le monde, c’est comme le parfum répandu par Marie qui remplit toute la maison Église. Cet unique don de l’Esprit donné en surabondance « il en furent remplis » va être personnalisé pour chacun. Les langues de feu de trouvent unies à une seule source. Chacun reçoit selon sa mission propre et chacun en a une.

Quelle profusion dans tes œuvres Seigneur ! soyons dans l’allégresse, dans la confiance totale . Le saint Esprit est à l’œuvre en moi et en mes frères : tout est possible à celui qui croit.

 

Evénement
La messe chrismale a été célébrée le mardi 26 mai 2020 en la cathédrale de Mende

Présidée par l’évêque Mgr Bertrand et avec la participation de plusieurs prêtres des cinq paroisses du diocèse, la messe s’est déroulée avec des dispositions liées à la crise sanitaire : distanciation entre les personnes, masques portés par tous, gel hydroalcoolique, etc.

Néanmoins, cela a été une joie de vivre cette célébration au cours de laquelle ont été consacrées les huiles saintes et le saint-chrême. C’est aussi l’occasion pour les prêtres de renouveler les vœux de leur sacerdoce.

 

 

Evénement

Le dimanche 3 mai 2020 est la Journée mondiale de prière pour les vocations

La Journée mondiale de prière pour les vocations (JMV) est proposée par l’Église catholique depuis 1964 et célébrée le 4ème dimanche de Pâques. Cette année, la Journée mondiale de prière pour les vocations sera célébrée le 3 mai.

Cette journée pour les vocations est une invitation à la réflexion et à la prière qui « doit occuper une place très importante dans la Pastorale vocationnelle : elle constitue le premier service indispensable que nous pourrions offrir à la cause des vocations » comme le rappelle le pape François dans son message « Les Paroles de la Vocation » publié à l’occasion de la 57ème édition de la JMV.


Monseigneur Benoît Bertrand souhaite faire du mois de mai un mois consacré à la prière pour les vocations.

Pour cela il vous est proposé une prière à prier tous les jours pour les vocations :

Dieu notre Père nous te rendons grâce pour ton Fils Jésus Christ. Aujourd’hui il nous invite à devenir serviteur à sa suite. Dieu notre père nous te rendons grâce pour ton Esprit. Qu’il donne à chaque baptisé de découvrir et de vivre sa vocation dans l’Église.
Qu’il donne sa force à ceux qui décident de suivre le Christ dans la vie consacrée, les ministères ordonnés et le mariage.
Dieu notre Père, que ton Esprit donne à nos communautés de proposer de devenir prêtre ou diacre, d’inviter à la vie consacrée et d’accompagner les époux chrétiens.
Que ton Esprit d’amour fasse de nous des serviteurs joyeux de l’Évangile à la suite de ton Fils.

Le dimanche 10 mai sera organisée une chaîne de prière dans tout le diocèse.
Chacun pourra s’engager depuis chez lui, à prier un quart d’heure pour tous les baptisés qui cherchent leur vocation et pour tous ceux qui sont déjà au service du Christ.

Tous en piste pour les vocations

  • Le Service national pour l’évangélisation des jeunes et pour les vocations de la CEF a lancé une neuvaine de prière pour les vocations sur Hozana ainsi qu’un livret de prières pour accompagner la prière des fidèles.
  • Dimanche 3 mai, sur la chaîne YouTube de la Conférence des évêques de France seront diffusées les vêpres solennelles de cette journée mondiale de prière pour les vocations, chantées par les religieuses de l’Assomption

Livret de prières pour les vocations

 

 

 

Evénement

Message de Pâques de Mgr Benoît Bertrand

Frères et sœurs,
Chers amis,

Vous seriez nombreux à la cathédrale et dans les églises de Lozère le jour de Pâques car vous êtes nombreux à prendre au sérieux ce rendez-vous célébrant la résurrection du Seigneur. Mais, cette année, notre Pâques sera marquée par l’inédit, l’impensable, l’inimaginable ! Nos liturgies seront domestiques… Les prêtres seront seuls dans des églises vides. Je célébrerai à la cathédrale sans peuple ! Tous, nous sommes confinés. Quelle épreuve.

Dans le monde blessé par la pandémie, partout de Wuhan à Londres, de Bergame à New-York, de Ziguinchor à Mende, partout le récit de la résurrection nous appelle à croire en la Vie. Lorsque les femmes se rendent au tombeau « de grand matin » nous dit l’évangéliste, « il fait encore sombre », le jour n’est pas levé. La douceur de la lumière du Ressuscité se donne mais au milieu des ténèbres, presque en catimini. Sans doute, elle aussi, Marie-Madeleine, dans la nuit, marchait-elle, la mort dans l’âme. Elle s’attendait certainement à buter contre l’énorme pierre qui fermait le tombeau creusé dans la colline. Soudain, stupeur. La pierre a été roulée, le tombeau est vide !

Je vous invite, de grand cœur, à célébrer Pâques à domicile mais dans l’Espérance ! Nos attentes ne manquent pas : l’espérance de voir enfin cette pandémie s’arrêter comme on se réveille d’un cauchemar, l’espérance pour les personnels soignants de pouvoir souffler et se reposer, l’espérance de nous retrouver en famille et de pouvoir nous embrasser, l’espérance de reprendre l’école ou le travail au plus vite, l’espérance de pouvoir célébrer ensemble le Christ ressuscité chaque dimanche dans nos églises… L’Espérance de vivre, vivre vraiment du Christ Vivant et pour toujours !

Cette Espérance qu’ouvre la foi de Pâques n’est pas seulement une petite espérance individuelle, une espérance « pour moi ». Il s’agit d’« espérer pour tous » selon le titre d’un des livres d’un grand théologien, Urs von Balthasar. Il s’agit d’espérer aussi pour le monde qui fait corps avec l’humanité. La véritable Espérance chrétienne exclut le repli sur soi. Nous vivons assurément confinés mais non pas repliés. La résurrection du Christ, fondement de notre Espérance, est en effet promesse de Vie éternelle pour tous.

Cette Espérance est aussi traversée par l’épreuve. Elle ne peut faire l’impasse sur la mort, notre propre mort, la mort du Seigneur sur la croix. Cela veut donc dire que notre Espérance n’est pas naïve ou mièvre. L’avenir ouvert ne supprime ni les incompréhensions, ni les épreuves, ni les nuits… Notre Espérance a un coût, elle est onéreuse. La croix est bien plantée au cœur de nos hôpitaux et de nos vies, au cœur aussi de notre Espérance !

Cette espérance est encore à partager. C’est l’appel de l’apôtre Pierre : « Soyez toujours prêts à justifier votre espérance devant ceux qui vous demandent compte ». Nous vivons dans un contexte de tolérance qui a ses valeurs mais aussi ses limites : la principale étant que toute conviction est considérée comme une simple opinion qui n’appelle ni discussion ni questionnement. Comment ne pas partager cette Espérance avec audace, humilité et joie ? En ces temps éprouvants, nous ne pouvons pas garder pour nous ce que nous expérimentons comme une Bonne Nouvelle sans manquer gravement à l’amour pour nos frères et sœurs.

Au bout du compte, ce dont disposent les chrétiens pour espérer, c’est d’une promesse, une promesse de Vie, de ré-surrection garantie par la résurrection de Jésus lui-même. Nous ne venons pas du chaos. Nous n’allons pas vers le néant. Notre vie, fragile et vulnérable, n’est pas le simple fruit des forces du hasard. La mort ne déchire pas la vie, comme on déchire une feuille de brouillon pour la mettre à la poubelle. Notre vie, toute notre vie, avec ses ombres et ses lumières, peut être qualifiée, orientée, dynamisée par cette Bonne Nouvelle de Pâques. Et cela change tout !

En cette Pâques 2020, je vous redis, chers amis, mon ardente communion fraternelle.

Notre-Dame, Saint Privat et Saint Roch, priez pour nous.

+ Benoit BERTRAND
   Évêque de Mende

 

Evénement Photo by Bruno van der Kraan on Unsplash

Message du père François Durand pour la fête de Pâques, en situation extra-ordinaire d’épidémie

Aucune traversée ne se fait sans danger. Aucun passage ne se fait sans péril. Aucune expérience vitale ne se fait sans vaincre la peur. Pâques est là, tout proche… et « les nations sont affolées et désemparées … Les hommes meurent de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde » (voir Luc 21, 25-26). L’épidémie violente que nous traversons nous plonge dans une tempête au silence inouï, silence du confinement… ponctué çà et là du bruit des nouvelles angoissantes.

« Soudain, nous réalisons que nous sommes tous embarqués dans le même bateau, riches et pauvres », affirme l’écrivain tchadien Moustapha Dahleb tandis que le Pape François commente, face à une place Saint-Pierre vidée de ses fidèles et balayée par la pluie, le passage de la tempête apaisée (Marc 4, 35-41) : « Dans la barque, nous sommes seuls et ensemble… La tempête manifeste notre vulnérabilité ».

Qui aurait pu imaginer que notre Carême se prolonge dans une quarantaine mondiale ? Qui aurait pu penser, voici quelques jours encore, que nous ne pourrions pas nous rassembler pour célébrer la Semaine Sainte dans les églises ? Ces jours-ci, la prière des psaumes prend une saveur étonnante d’actualité. Affaiblis, nous crions vers le Seigneur. Poursuivis par un invisible Ennemi, nous nous jetons dans les bras du Seigneur en confessant notre péché commun.

Ce péché, le Pape n’a pas hésité à le nommer. Il résonne étrangement avec les insultes que Jésus subit sur la croix : « Sauve-toi toi-même… descends de la croix ! ». Notre ego superficiel, « tout ce qui nous fait avancer et ne fait pas avancer notre âme », dit le Pape, a entretenu en nous l’illusion de ne pas avoir besoin d’un Sauveur et de pouvoir esquiver la Croix. « Nous sommes allés trop vite. Nous ne nous sommes pas arrêtés devant les appels, les injustices. Nous n’avons pas bougé devant le drame des pauvres, des malades. Nous avons suivi notre chemin. » Dieu nous invite pourtant à le laisser nous conduire, à renoncer à tout maîtriser. A l’avant du navire, il est au gouvernail, par la Croix.

Le danger est toujours là. Les soignants partent au front « la boule au ventre », inquiets du risque qu’ils prennent, non pas tant pour eux-mêmes que pour leurs proches et pour les malades à qui ils sont envoyés. Des familles sont cruellement touchées par la perte d’un être cher, avec la douleur de ne pas avoir pu être à ses côtés alors qu’il souffrait. Des personnes fragilisées par le grand âge, le handicap, la maladie, la misère sociale, l’incarcération subissent de plein fouet un isolement aussi violent qu’inattendu. Des employeurs et des salariés sont inquiets des graves retombées économiques et sociales de la crise que nous traversons. Telle est la réalité que nous devons affronter aujourd’hui sans chercher à établir trop vite des analyses prématurées.

« Pourquoi êtes-vous si craintifs ? » (Marc 4, 40). « Soyez sans crainte » (Matthieu 28, 10). Pour passer la mer, pour tenir bon dans cette épreuve, nous voici sommés de faire confiance, de grandir concrètement dans la foi. Nous n’avons pas le choix. Dans la prière et le service qui nous relient au Seigneur et à nos frères humains, Dieu agit et ouvre des chemins de salut. Il est là Celui qui a vaincu la peur. Rien ne peut nous séparer de l’amour du Christ ; Il se donne jusqu’au bout. Par sa mort sur la croix et par sa résurrection d’entre les morts, il nous relève ; Il nous donne d’accomplir avec lui cette traversée périlleuse. « Il vit le Christ et il nous veut vivants ».

C’est ce que nous célébrons chaque dimanche et dans chaque sacrement. C’est ce dont nous avons à vivre chaque jour, en nous offrant nous-mêmes par amour. Désinstallés de nos habitudes, que cette Pâque inédite nous donne de redécouvrir la puissance du mystère pascal, la puissance de la mort et de la résurrection de Jésus, au plus concret de nos vies.

P. François Durand,
Vicaire général

 

Evénement

A la veille de l’entrée en carême qui débute mercredi 26 février 2020 (messe des Cendres), le père François Durand, vicaire général, donne quelques exemples concrets pour nous mettre sur les rails avec les trois piliers que sont le partage, la prière et le jeûne.

10/ Pâques : le Christ est ressuscité ; il est vraiment ressuscité ! Alléluia !

 

9/ Vendredi Saint : la Passion du Christ

 

8/ Avec le Jeudi Saint, entrée dans le Triduum pascal


7/ Le dimanche des Rameaux et de la Passion du Christ


6/ La résurrection de Lazare


5/ Jésus et l’aveugle de naissance


4/ Rencontre autour d’un puits


3/ Le temps du carême pour nous préparer au temps pascal


2/ Un temps pour les catéchumènes

Dans cette deuxième vidéo, le père François rappelle que cette période du carême a été créée pour les adultes qui se préparent au baptême : les catéchumènes.


1/ Introduction

 

 

 

 

 

Evénement

A l’occasion de l’évènement Illuminons l’Annonciation, Mgr Benoît Bertrand a souhaité adresser un message aux Lozériens

Pour la fête de l’Annonciation, l’ensemble des évêques de France ont invité les Français à un geste commun le mercredi 25 mars

Les catholiques ont souhaité donner une signification particulière en cette fête de l’Annonciation avec un temps de communion de pensée et de prière avec les défunts, les malades et leurs proches, avec tous les soignants et tous ceux qui rendent possible la vie de notre pays.

Un geste commun :

  • à 19h30 : déposer une ou plusieurs bougies sur sa fenêtre en communion de pensée et de prière avec les défunts, les malades et leurs proches, les soignants et tous ceux qui rendent possible la vie de notre pays.
  • Méditer l’évangile de l’Annonciation (Évangile de Luc 1, 26-38)
  • Prier un  Notre Père  et 10  Je vous salue Marie

Demandons à Dieu par l’intercession de la Vierge Marie de remplir nos cœurs de foi, d’espérance et d’amour pour qu’en cette épreuve, nous soyons davantage fraternels envers tous.

  • à 20h : les cloches des église sonneront, en cette fête, pour dire notre communion de prière et notre soutien envers le personnel soignant, au moment-même où les Français leur rendent hommage.

Le message des évêques de France