Menu
En ce moment

Le départ des sœurs de l’Adoration pour rejoindre la communauté fondatrice de Poitiers approche.

Les trois sœurs de la communauté de l’Adoration de Mende vont quitter la Lozère en cet automne 2020. En raison de leur nombre restreint, de leur âge et de leur santé, elles sont amenées à rejoindre la maison-mère à Poitiers.

Une messe d’action de grâce présidée par Mgr Bertrand sera célébrée le 29 novembre prochain en la cathédrale à 10h30, pour leur dire au-revoir.

Témoignage des sœurs

Une riche page d’histoire, lourde de 218 années, va se tourner… La tourner ne se fait pas d’un revers de main… Il y a de la tristesse, il y a des larmes, il y a des milliers de souvenirs, il y a des listes de noms de familles du cru, il y a une montagne de remerciements, il y a surtout une immense prière d’action de grâce…

Sœurs Jeanne Cécile, Albine et Jeanne Thérèse

Le 8 décembre 1802, Jean Baptiste de Chabot, évêque de Mende, signait le décret d’approbation de la maison des sœurs de Mende de la toute nouvelle Congrégation des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie et de l’Adoration, déjà établie à Poitiers.

Quelques sœurs dites « de l’Adoration » sont arrivées de Poitiers après un voyage de neuf jours en juillet et très vite ont ouvert un foyer d’adoration, une école gratuite et un pensionnat. Adoration et enseignement-éducation, conjugués avec travaux de la maison et de la ferme, puis du jardin, seront durant des décennies l’essentiel de la vie des sœurs.

Dans la ville de Mende, les lieux animés par ces religieuses ont fait partie du paysage à plus d’un titre : on y mettait ses filles à l’école, on allait y prier, on allait aussi faire des visites à des proches, à des parentes…

En effet très vite bon nombre de jeunes filles ont été attirées par le genre de vie des religieuses de l’Adoration et sont venues grossir les rangs des missionnaires envoyées au-delà des mers pour évangéliser. Des sœurs lozériennes ont été de solides fondatrices de plus d’une mission en Amérique latine, aux Iles Hawaii, en Afrique et bien d’autres ont animé des communautés, dirigé des collèges en France et en Europe.

Comment de tout cela ne pas rendre grâce ?

Et peu à peu, la source de vocations lozériennes à commencer à baisser, elle s’est même totalement tarie… Ces vocations abondantes ont manqué pour la mission ici et ailleurs, elles manquent crucialement aujourd’hui.

Si les transformations vécues au long des deux siècles de présence dans la maison ont conduit le plus souvent avec bonheur les sœurs à s’adapter. C’est ainsi que l’école fut fermée, et les portes d’une maison de retraite s’est ouverte et s’est transformée en permanence selon les besoins jusqu’à devenir « l’Adoration » telle que nous la connaissons aujourd’hui où l’esprit des origines est demeuré vivant.

Aujourd’hui les responsables ayant considéré la réalité du petit nombre de sœurs à l’âge « avancé » et à la santé chancelante ont décidé la fermeture de la communauté et le départ des sœurs pour Poitiers.

Voyage de retour… sans regarder en arrière sinon pour remercier les Cœurs de Jésus et de Marie de leur fidélité envers toutes celles qui ont vécu, prié, œuvré dans ce beau lieu qui demeure imprégné de la présence de générations de femmes pétries de foi, de charité et d’espérance.

La Communauté des Sœurs de l’Adoration