Menu
En ce moment
Décès de Sœur Odile Marie dans la nuit du 27 au 28 juillet 2020

Sœur Odile Marie Privat s’en est allée à la maison du Père sur la pointe des pieds, comme elle a vécu, tout doucement, seule à l’hôpital de Mende (Lozère), à l’âge de 83 ans.

« Petite dernière » d’une famille nombreuse comptant 11 enfants, comme ses frères et sœurs, Odile-Colombe avait la foi héritée de ses parents, chevillée au corps.

Née à Valescure (Le Bleymard) le 23 octobre 1937, Sœur Odile Marie était arrivée au Mans pour le postulat le 2 février 1956, suivant de peu les pas de sa grande sœur, Thérèse Agnès.

C’est à Poitiers qu’elle prononça ses premiers vœux le 16 juillet 1960 et monta à Paris à l’heure de son engagement définitif dans la Congrégation des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie. C’est dans la chapelle de Picpus qu’elle prononça ses vœux perpétuels le 2 août 1965.

De santé fragile, Sœur Odile Marie a pourtant beaucoup travaillé, beaucoup marché, beaucoup servi, le plus souvent dans l’ombre et avec la plus grande discrétion, surmontant ses douleurs physiques, assidue à la prière d’adoration et rayonnante de son union à Dieu.

Le délicat travail de repassage lui fut confié à différentes dates à Paris et Laval. Mais c’est dans le service des dames résidentes et spécialement des malades qu’elle donna le meilleur d’elle-même, d’abord au Mans puis à l’Adoration de Mende. Sœur Odile Marie faisait tout avec le sourire, confiante que ce qu’elle faisait était pour l’Amour du bon Dieu. Qui n’a été dans l’admiration de son dévouement jusqu’à l’extrême pour les malades, dont la plus chérie fut sa grande sœur Thérèse Agnès ? Quel témoignage nous a été donné par ses gestes de tendresse mille fois répétés pour aider l’un ou l’autre résident à marcher, à manger, à vivre tout simplement !

Chère Sœur Odile Marie ta force était dans ta conviction que rien ne se perdait, que tout était gain puisque c’était donné, engrangé dans le Cœur de Dieu.

En te disant « adieu, à Dieu » aujourd’hui, chère Sœur Odile Marie, nous n’avons qu’un mot : MERCI ! Merci pour ton amour pour ta famille de la terre, qui te le rendait si bien. Merci pour ta générosité sans faille, même si parfois elle nous est apparue comme excessive, surtout quand ta santé fléchissait. Merci pour ta gentillesse et merci parce que tu étais de ces « petits » qui font du bien à notre monde.

Repose maintenant dans la Paix, heureuse, d’avoir aimé et servi les Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie avec zèle et passion jusqu’au bout de tes forces, jusqu’au bout du chemin.

Sœur Jeanne Cadiou, ss.cc