Menu
En ce moment
Calendrier des événements

Josette Bastide  est née le 8 mars 1937 à Saint-Alban où ses parents étaient employés à l’hôpital psychiatrique.

Elle est l’aînée d’une fratrie de 9 enfants et va à l’école du village jusqu’à l’âge de 11 ans. C’est à ce moment-là que son papa décède. Par la suite, pensionnaire à l’école Sainte Angèle à Serverette, elle passe ses vacances chez sa tante qui habite le village Elle suit aussi les cours d’art ménager.

En 1957 elle commence son noviciat à Ispagnac dans la communauté des Ursulines. Elle fait sa profession religieuse en 1959 puis rejoint la communauté de Quézac, où elle s’occupe de la ferme.
Ensuite elle rejoint la communauté d’Uzès où elle fait le service à la cantine scolaire et assure la surveillance des élèves de l’internat, en dehors des heures de classe.

Elle revient dans sa Lozère natale à Serverette. Elle est salariée de l’établissement, faisant office de monitrice. Son rôle est de s’occuper à la fois de la buanderie, du jardin, des poules et des lapins avec les résidentes.

En 2007, au moment de la retraite, elle rejoint la communauté de Chirac. Elle se rend disponible pour venir en aide aux sœurs dans le besoin.
Suite à une hospitalisation en 2011, elle rentre à la Villa Saint-Jean où elle rendra de précieux service à la lingère avec qui elle entretient des liens amicaux. Celle-ci la charge du raccommodage et du marquage du linge des résidents. Elle aura beaucoup de peine lors de son décès.

Avec Sœur Marie-Pierre elles étaient régulièrement invitées à la communauté, et c’était pour Sœur Marie-Antoinette une grande joie.

Elle a vécu pleinement dans l’esprit de Sainte Angèle : servir et être au service des plus petits. « Aimez toute personne également. » Av.8.1

Sœur Marie-Antoinette priait beaucoup le chapelet. Elle reste pour nous, ses sœurs, une âme de prière et nous laisse un témoignage de fidélité à sa vocation.
Avec une grande confiance faisons monter vers Dieu notre prière et rendons grâce pour cette vie de dévouement et de service.

Dieu de tendresse et d’amour, « béni sois-tu pour les yeux qui s’ouvrent aujourd’hui, dans la terre nouvelle. Ils te rencontrent Dieu vivant. »