Menu
En ce moment
© N.Bottou/Diocèse de Mende - Ermitage Saint-Privat à Mende (Lozère)

Accueil et visites de l’ermitage l’été

Pendant la période estivale, l’accueil et les visites à l’ermitage sont assurés par des bénévoles les après-midi de 15h environ et jusqu’en début de soirée.

A l’arrivée sur le site – soit par le Chemin de croix soit par la route – la chapelle est grande ouverte. Chacun est libre d’y entrer pour simplement regarder, prendre un temps de silence ou de prière, visionner sur écran le diaporama sur saint Privat et l’ermitage…
On peut aussi y découvrir le Chemin de croix réalisé en fer forgé par Roger Couderc, un ferronnier mendois, ou encore déposer un lumignon. A l’intérieur, des bougies sont allumées, des bouquets de fleurs fraiches sont disposés et le soleil sublime la lumière qui filtre des vitraux. C’est beau et apaisant.

A l’extérieur, voisine de la chapelle, une première grotte a été creusée dans la roche. Plus à droite et collée contre la roche, une envolée de marches en pierres mène à deux autres grottes à visiter.

La première, tout petite, est occupée par une statue ancienne de bois peint, représentant saint Privat. Derrière, dans un renfoncement, sont protégés une partie des ex-voto déposés en ces lieux au long des siècles.
Vous apprendrez en visitant l’ermitage (si vous ne le savez pas déjà) que saint Privat est mort sous le règne de l’empereur Valérien, entre 255 et 260. Ce sont les Alamans, lors de leur invasion de la Gaule sous le commandement de leur chef Chrocus, qui trouvèrent l’évêque du pays gabale dans une crypte du mont Mimat. Ils le martyrisèrent pour n’avoir pas livré le peuple qui lui était confié (cf. Saint Privat évangélisateur du Gévaudan, de Félix Buffière – édité par l’association Les amis de l’ermitage, 1994).

Dans la grotte située au-dessus et qui servait d’abri au saint, des reliques sont exposées sur le petit autel. En face, des bancs permettent un temps de recueillement.
De quoi écrire est mis à disposition pour permettre aux pèlerins et touristes de confier leurs intentions de prière. Toujours dans cette grotte, une petite source continue de filtrer dans un creux au sol (sous une autre statue de saint Privat). Les Mendois lui attribuent l’origine de plusieurs guérisons.
L’endroit est paisible, on s’y sent bien. Et apparemment, presque tous les visiteurs partagent ce même ressenti.

Le site est aussi réputé pour le splendide panorama qui s’ouvre sur la ville et les montagnes environnantes.
Dans la cour, au bas des marches et en face de la chapelle, se trouve l’ermitage (la maison des chapelains) ainsi qu’une croix de granit datant de 1667.

Rencontre avec Brigitte et Françoise

C’est par groupe de deux bénévoles chaque semaine, qu’est assuré l’accueil à l’ermitage.

Brigitte et Françoise forment le duo souriant et chaleureux que je rencontre courant août.

Elles se tiennent dans la cour à proximité de la chapelle et vont au devant des personnes qui arrivent.
La parole est facile, le contact spontané et le rire s’ajoute à la conversation. Elles renseignent, font visiter les lieux, mais écoutent aussi. Les échanges sont chaleureux et les visiteurs apprécient leur présence. Certains se confient et c’est l’occasion de partages plus fraternels encore.

Dans la cour, une table est installée avec des chaises pour permettre aux passants d’écrire un mot dans le livre d’or. Des cartes postales, médailles,  chapelets de Jérusalem et un livre sur saint Privat y sont aussi proposés à la vente. Une carte prière est aussi offerte à qui le souhaite.

Chaque jour, les bénévoles tiennent un cahier de bord et y inscrivent les endroits d’où viennent les visiteurs : Nancy, Paris, Le Havre, Gaillac, le Puy-de-Dôme… et aussi de l’étranger (même la Chine a été représentée).

Le nombre de visiteurs varie entre une quinzaine et une centaine de personnes par jour. Mais la moyenne est d’environ une quarantaine de personnes chaque jour.
On compte davantage de monde que l’an dernier disent nos équipes d’accueil. La fréquentation a augmenté, sans doute à la fois par la communication et le bouche à oreille, mais aussi grâce au guide-conférencier de la mairie de Mende qui parle de l’ermitage et invite ceux qui le veulent à aller le visiter.

Le site a été particulièrement bichonné avant la mise en place des équipes d’accueil. Des bénévoles s’étaient retrouvés pour procéder à un grand nettoyage des lieux… et il y a eu de quoi faire. Des bouquets on aussi été apportés (et renouvelés) pour faire de l’ermitage un lieu toujours plus accueillant et agréable.

Françoise a relevé que les enfants semblent particulièrement se plaire en ce lieu culminant de Mende. Ils sont heureux d’avoir grimpé jusque là et veulent tout découvrir.

Une marcheuse qui arrive tout juste du Chemin de croix apprécie elle aussi la sérénité des lieux. Depuis son séjour en Lozère, cela fait plusieurs fois qu’elle monte à l’ermitage. Ici dit-elle, on est un peu comme isolés du monde. Elle aime cette sensation de réconfort que l’on éprouve en arrivant, après l’effort fourni pour monter !

Nolwenn Bottou


Pour l’avenir

Fin août, un bail emphytéotique va être signé entre le diocèse de Mende, propriétaire des lieux, et la mairie de Mende. La commune souhaite en effet développer un projet d’accueil au sein de la maison des chapelains pour faire vivre ce patrimoine.

RDV pour clore la période estivale à l’ermitage

Mercredi 21 août 2019 : à l’occasion de la fête liturgique de la Saint Privat, messe solennelle à 17h30 à la chapelle de l’ermitage.

Prière à saint Privat  (proposée par la paroisse Saint-Privat de Mende)

Apôtre du Gévaudan,
Fidèle serviteur de Dieu,
Prédicateur infatigable de l’Évangile,
Destructeur des idoles,
Pacificateur des dissensions civiles,
Modèle de prière dans votre ermitage,
Confesseur et témoin du Christ,
Protecteur de ceux qui vous invoquent
Saint patron de notre paroisse et du diocèse de Mende, Priez pour nous.