Menu
En ce moment

Un nouveau film exceptionnel sur le pontificat du Pape François
réalisé par Wim Wenders

Deux séances spéciales organisées avec les cinémas de Marvejols et de Mende

  • Le mercredi 3 octobre 2018, à 20h30 au cinéma Trianon de Marvejols :
    Projection du nouveau film de Wim Wenders suivie d’un échange-débat animé par le père François Durand, Administrateur diocésain et en présence du père Jacques Rodier, Curé modérateur de la paroisse Saint-Frézal de Marvejols
    (Entrée bénéficiant du tarif groupe à 6,50€ la place)
  • Le jeudi 4 octobre 2018, à 20h30 au Ciné-Théâtre de Saint-Chély d’Apcher.
    La projection sera suivie d’un débat animé par Père Pierre-Yves Girod de la paroisse Saint-Jacques de Saint Chély d’Apcher.
  • Le dimanche 7 octobre 2018, à 17h15 au cinéma Trianon de Mende :
    Projection du nouveau film de Wim Wenders suivie d’un échange-débat animé par le père François Durand, Administrateur diocésain

Découvrir la bande annonce

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19577607&cfilm=256396.html

 

Documentaire/ Italien, 1h36 / Réalisé par Wim Wenders

Le film, plus qu’une biographie ou un documentaire, est un voyage initiatique dans l’univers du Pape François qui s’articule autour de ses idées et de son message, afin de présenter son travail, aussi bien que les réformes et les réponses qu’il propose face à des questions aussi universelles que la mort, la justice sociale, l’immigration, l’écologie, l’inégalité de revenus, le matérialisme ou le rôle de la famille.

SYNOPSIS

Le 13 mars 2013, le Cardinal de Buenos Aires, Jorge Mario Bergoglio, devient le deux cent soixante-sixième Souverain Pontife de l’Église Catholique. C’est le premier Pape originaire d’Amérique du Sud, le premier jésuite nommé Évêque à Rome, mais avant tout le premier chef de l’Église à avoir choisi le prénom de François d’Assise (1181-1226), un des saints catholiques les plus révérés, qui avait dédié sa vie à soulager les pauvres et éprouvait un profond amour pour la nature et toutes les créatures de la Terre qu’il considérait comme la mère suprême.

LE PAPE FRANÇOIS – UN HOMME DE PAROLE, est écrit et réalisé par Wim Wenders, cinéaste maintes fois cité aux Oscars. Le film, plus qu’une biographie ou un documentaire, est un voyage initiatique dans l’univers du Pape François. Fait assez exceptionnel, le film est co-produit par le Vatican et s’articule autour des sujets aussi universels que la mort, la justice sociale, l’immigration, l’écologie, l’inégalité de revenus, le matérialisme ou le rôle de la famille.

Cette symphonie de questions est le cœur du film. Mais la caméra suit également le pape dans ses nombreux voyages aux quatre coins du globe, à travers des scènes où l’on observe Sa Sainteté s’adresser aux Nations Unies, au Congrès américain, se recueillir avec la foule sur le mémorial du World Trade Center, Ground Zero, ou encore à Yad Vashem, le monument commémoratif mondial de l’Holocauste à Jérusalem. On le voit également discuter avec des détenus en univers carcéral et des réfugiés dans des camps méditerranéens. On le suit à travers le monde, de la Terre Sainte, en Israël et en Palestine, à l’Asie, en passant par l’Afrique et l’Amérique du Sud.

Tout au long du film, le Pape François nous fait découvrir sa vision de l’Église, à quel point il est préoccupé par la pauvreté, son engagement en matière d’écologie et de justice sociale ainsi que son appel à la paix dans les conflits armés et les guerres de religions. La présence de Saint François d’Assise plane également sur le film, rappelant l’origine du nom que s’est choisi le Pape, à travers certaines scènes emblématiques de la vie du saint homme réformateur et écologiste.

NOTE D’INTENTION DU RÉALISATEUR WIM WENDERS

« Le 13 Mars 2013 a été une journée exaltante pour deux raisons : Nous avions un nouveau Pape et le 266e Souverain Pontife de l’Église Catholique était le Cardinal de Buenos Aires Jorge Mario Bergoglio. C’est le premier Pape originaire d’Amérique du Sud, le premier jésuite nommé Évêque à Rome, mais avant tout le premier chef de l’Église à avoir choisi le prénom de François. Saint-François d’Assise (1181-1226), est un des saints catholiques les plus révérés, un réformateur qui a dédié sa vie à soulager les pauvres et éprouvait un profond amour pour la nature et toutes les créatures de la Terre qu’il considérait comme la mère suprême. Comme moi, beaucoup de personnes sur la planète, ont placé les plus grands espoirs en ce Pape qui a choisi un patronyme qui en lui seul constitue déjà une promesse.

LE PAPE FRANÇOIS : UN HOMME DE PAROLE, plus qu’une biographie ou un documentaire, a été pensé comme un voyage initiatique dans l’univers du Pape François. J’ai voulu que les idées du Pape et son message soient au centre de ce documentaire au même titre que son travail, les réformes et les réponses qu’il propose aux problèmes actuels mondiaux.

J’ai imaginé un concept visuel et narratif qui puisse entraîner le spectateur dans un face-à-face avec le Pape, afin de créer un véritable dialogue entre le Très Saint-Père et le monde. À travers les questions de gens de toutes classes et tous horizons, le Pape François peut répondre aux fermiers, aux ouvriers, aux réfugiés, aux enfants, aux personnes âgées, aux détenus, aux résidants de bidonvilles ou de camps de migrants. Cet ensemble de visages et ces voix forment un échantillon de l’humanité saisi en pleine discussion avec le Souverain Épiscopal.

Le Vatican a insisté sur une transparence totale et m’a littéralement laissé carte blanche, un accès aussi précieux qu’illimité à ses archives, en plus de la décision finale au montage. Ils nous ont laissés tourner sans jamais intervenir. Nous avons filmé quatre longues interviews avec le Pape François, sur quatre après-midis disséminées sur deux ans. Trois d’entre elles ont été filmées en intérieur dans différentes salles du palais, et une en extérieur dans les jardins, mais toujours dans l’enceinte du Vatican. On ne peut tout simplement pas installer le Pape dans n’importe quel parc, comme ça, pour le filmer.

Nous avons filmé à plusieurs caméras, dont la principale était face à un « Interrotron », une sorte de téléprompteur inversé, qui permettait au Pape de me voir à l’écran et de me regarder droit dans les yeux pendant qu’il me parlait. Cela lui permettait de s’adresser directement à la caméra et de regarder dans les yeux les futurs spectateurs. Au cours de ces quatre longues conversations, le Pape a été d’une spontanéité exceptionnelle, et a fait preuve d’autant d’ouverture que de simplicité.

En ces temps troublés où la méfiance envers les politiques et le pouvoir est de mise, où règnent la corruption et la désinformation, notre film permet d’aller à la rencontre d’un homme qui vit selon les principes qu’il prêche et qui a su gagner la confiance de gens de tous horizons, toutes cultures et confessions confondues. C’est pourquoi je suis convaincu que LE PAPE FRANÇOIS : UN HOMME DE PAROLE n’est pas un film uniquement réservé aux catholiques ou aux chrétiens. Le Pape ouvre littéralement les bras à tout un chacun ».

Wim Wenders