Menu
En ce moment
Copyright Diocèse de Mende

Père Maurice Maurin est retourné à Dieu le mardi 10 juillet 2018 à l’âge de 81 ans.
Ses obsèques ont été célébrées le samedi 14 juillet à 10h, en l’église d’Allenc.

Maurice Maurin est né le 17 avril 1937 aux Salelles d’Allenc en Lozère. Il est le deuxième enfant d’une fratrie de quatre.

En 1957, en tant qu’appelé du contingent, il part en Algérie où il passera deux années.
Après le grand séminaire à Mende, il est ordonné prêtre par Mgr Boudon, dans l’église d’Allenc, le 18 mars 1964.

Nommé surveillant à Langogne pour deux ans, son premier poste en paroisse le conduit au Malzieu avant de partir pour Marseille. Il découvrira là-bas le scoutisme et ses valeurs. Aumônier des jeunes, il prépare un grand nombre à la profession de foi.

Dix ans plus tard, en 1978, Maurice revient dans le diocèse de Mende. Il est alors nommé à l’équipe des prêtres de Langogne où il s’occupe des enfants de la catéchèse et s’investit dans l’Action catholique des enfants.

Quatre ans passe avant qu’il parte comme prêtre Fidei Donum au nord du Bénin, à la frontière nigérienne. Il y restera six ans, étant très missionnaire dans ces villages où la présence chrétienne est encore peu établie. Il en garde des liens d’amitié profonds. « C’est ce besoin de rencontrer les autres, de fraterniser avec d’autres peuples, qui caractérise mon sacerdoce », disait-il il y a trois ans de cela.

En 1988, le père Maurice intègre l’équipe pastorale de Florac puis rejoindra celle de Saint-Chély. Là, il est très investi auprès des malades. Il accompagne aussi la catéchèse et poursuit un ministère de grande proximité avec les personnes.

Mais du jour au lendemain, il pers sa vitalité. On décèle alors une maladie de Parkinson qui le contraint à se retirer aux Salelles, chez lui. Mais cette retraite est de courte durée. Maurice doit entrer à la Villa Saint-Jean à Chirac. Il nous a quittés le 10 juillet 2018, après plusieurs années de souffrance.

Nous gardon de Maurice le visage d’un homme bon, plein de joie de vivre, très proche des personnes et à l’écoute de leurs épreuves et de leurs bonheurs. Nous remercions le Seigneur pour l’excellent confrère qu’il a été avec nous les prêtres, toujours très fraternel, plein d’humour et d’une bonne humeur communicative. Ces dernières années marquées par la maladie ont également été fécondes. en témoigne ces mots de Maurice :

« Je célèbre la messe chaque jour pour tous ceux que je connais, pour l’Église active dans notre monde d’aujourd’hui. Je suis très intéressé par la place qu’elle occupe parmi les hommes. après 50 ans de sacerdoce, je n’ai jamais regretté une seconde d’être prêtre ! (…) L’amour de Dieu, l’amour des frères, c’est la même chose : c’est communier avec le Christ, communier avec les frères. (…) On ne peut pas vivre la vie de prêtre en dehors de Jésus-Christ. »