Menu
En ce moment
Mgr François Jacolin nommé évêque de Luçon

Le pape François vient de nommer ce mardi 29 mai 2018, Mgr Jacolin évêque de Luçon.

C’est le 15 juillet prochain, que Mgr Jacolin sera installé évêque de Luçon en la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption de Lucon, à 16h.

Pour le diocèse de Mende, un administrateur diocésain va être élu dans les jours qui suivent par le collège des consulteurs du diocèse de Mende, et qui aura la charge du diocèse jusqu’à l’installation du nouvel évêque.

Mgr Jacolin fera ses adieux à la Lozère, le 1er juillet 2018, à 15h en la cathédrale Notre-Dame et Saint-Privat de Mende

« Je fais confiance à l’Église, mais je suis très attaché à la Lozère.
Je suis venu par obéissance à l’Église et au pape.
Je pars aussi par obéissance et confiance. »
, Mgr François Jacolin.

Message aux catholiques de Lozère et à tous les Lozériens

Chers frères et sœurs,

Après plus de onze années passées dans ce si beau pays de Lozère, voici que je dois partir de chez vous, passant ainsi de la montagne à la plaine, précisément à la Plaine de Luçon, puisque c’est dans cette ville que se trouve l’évêché du diocèse où je suis envoyé et qui correspond au département de Vendée.

Je n’ai jamais habité en Vendée. En revanche, étant entré chez les Missionnaires de la Plaine et de sainte Thérèse qui avaient une implantation dans mon diocèse d’origine, le diocèse de Bourges, j’ai vécu là-bas en communauté avec des Vendéens pendant plus de vingt ans. En effet, nous nous nommons Missionnaires de la Plaine, car nous avons été créés en 1928 dans le but d’évangéliser les habitants de la Plaine de Luçon, même si par la suite notre champ de mission s’est étendu à d’autres diocèses.

Mais je veux surtout revenir sur ces années passées avec vous en Lozère. Je rends grâce au Seigneur, car j’y ai reçu beaucoup : c’est vous qui m’avez appris à devenir évêque au service de la communion et de la mission d’une Eglise diocésaine.

Il y a eu des moments difficiles, des tensions, des incompréhensions parfois. Je demande pardon à tous ceux que j’ai pu blesser par mes attitudes et mes paroles. Mais nous ne pouvons pas vivre sur le passé, ni laisser se rétrécir le champ de la mission. Et quelquefois cela demande de bousculer un peu les habitudes.

Un de mes plus grands bonheurs a été, non pas la réforme territoriale des paroisses en elle-même, mais le fait que, à travers elle, nous avons avancé ensemble vers des relations renouvelées de coopération dans la confiance entre prêtres, et entre prêtres et laïcs, tout en essayant de ne pas abandonner les communautés les plus éloignées des bourgs-centre.

Bien sûr c’est loin d’être parfait et il nous faut nous encourager les uns les autres à avancer dans cette « communion-missionnaire ». C’était le but principal du temps fort diocésain « Spiritous » que nous venons de vivre le samedi de la Pentecôte. La réussite de cette fête joyeuse et priante, avec une centaine de jeunes et d’adultes qui ont reçu la grâce de la confirmation, m’est un grand réconfort au moment où je dois quitter le diocèse de Mende.

Si je m’éloigne physiquement, les liens créés par l’Esprit Saint entre vous et moi sont inscrits dans l’Eternité de Dieu ! Enfin, si vous voulez m’exprimer votre reconnaissance, la meilleure façon est d’accueillir avec bienveillance et générosité – comme vous savez si bien le faire – celui que notre Pape vous enverra dans quelques mois.

Priez pour moi et que le Seigneur vous bénisse tous !

+ François JACOLIN

L’interview de la chaîne télévisée KTO
Réalisée par Antoine Cauty

L’interview réalisée par RCF Lozère et RCF Vendée

LE DIOCÈSE DE LUÇON EN 2018

Le diocèse de Luçon et le département de la Vendée

L’Église en Vendée sort juste d’une année jubilaire (décembre 2016- décembre 2017) dans laquelle les vendéens ont été invités à rendre grâce pour l’anniversaire des 700 ans de la création du diocèse de Luçon. Des grands rassemblements ont eu lieu durant toute l’année 2017 (3000 personnes à la Pentecôte, 5000 personnes durant les concerts et offices de la mi-août à la cathédrale).

La Vendée est un territoire dynamique de la côte atlantique, au sud de Nantes, au nord de la Rochelle, et à l’Ouest de Niort et de Poitiers. Connue pour sa côte touristique et ses plages, sa course autour du monde à la voile, c’est aussi un territoire d’entreprises et d’entrepreneurs, certaines zones du département connaissent presque le plein emploi. Un département un peu « victime » de son succès qui connait une attraction forte depuis 10 ans (6000 nouveaux foyers par an) portant la population à près de 670 000 habitants. Un territoire qui est habité de manière homogène, sans grande métropole mais avec de très nombreuses communes moyennes, le tout accompagné d’un réseau routier important (le chef-lieu compte seulement 50 000 habitants, Luçon compte simplement 9000 habitants). La population vendéenne connait donc un fort brassage actuellement, qui touche également les paroisses et ouvre de nouveaux défis missionnaires. La Vendée est une terre ancienne de catholicité, marquée par l’Histoire (les Guerres de Vendée), la défense et l’annonce de la foi (figure du Père de Montfort), la défense de l’école catholique, une terre généreuse en vocations diocésaines et en vocations de missionnaires et de Fidei Donum.

 

Si la Vendée mute et se transforme, elle garde néanmoins une forte identité. Le jubilé des 700 ans a ainsi été bien reçu et suivi car, dans ce diocèse, l’Eglise a contribué à créer une communauté de destin qui demeure, même si l’identité vendéenne s’est sécularisée. Plus de 300 églises, de nombreux bâtiments (écoles, croix, chapelles, abbayes, prieurés), des paysages (marais desséchés du sud-Vendée de la main des moines) ou plus récemment la formation humaine et professionnelle de nombreux acteurs de l’économie et de la société vendéenne, issus des structures catholiques, témoignent de cette communauté de destin.

L’épiscopat de Mgr Castet

L’épiscopat de Mgr Castet a duré neuf années, et s’est terminé par la démission de Mgr Castet pour raisons de santé. Un épiscopat marquant où le prédécesseur de Mgr Jacolin a souhaité faire entrer davantage encore le diocèse dans la nouvelle évangélisation, encouragée par les papes Jean-Paul II et Benoît XVI, ou dans la posture de « disciple-missionnaire » chère au pape François. Un chemin désormais ouvert et qui durera de nombreuses années. Les Assises de la mission en 2010 dans les rues des Sables d’Olonne, l’attention au catéchuménat adulte, ou encore la teneur de lettres pastorales marquantes comme celle de 2014, « Notre chemin, c’est l’Espérance » ont témoigné de ce besoin d’annoncer le Christ à tous. Un épiscopat marqué par de multiples visites pastorales, de grands rassemblements diocésains, des ordinations, un dynamisme des pastorales vocationnelle et étudiante (actuellement six séminaristes et six propédeutes pour le diocèse).

Les origines du diocèse

L’évangélisation de la terre vendéenne est ancienne, ses débuts remontent au milieu du IVe siècle. Elle a connu plusieurs étapes mais il y a bientôt 700 ans, le 13 août 1317, le pape Jean XXII a voulu que l’Évangile soit annoncé plus efficacement aux confins de l’immense diocèse de Poitiers dont le bas-Poitou faisait partie. Du démembrement de ce dernier, il a créé deux nouveaux diocèses : Luçon et Maillezais, à partir de deux puissantes abbayes bénédictines. A cette époque, la vie monastique avait marqué profondément cette partie du Poitou qu’est la Vendée actuelle (églises, prieurés, défrichements, assèchements des marais). Avec le Concordat, l’évêché de Luçon disparut, le diocèse se trouva englobé dans celui de la Rochelle. L’ancien vicaire général de l’évêque de Luçon, Mgr Paillou, devint d’ailleurs à cette époque un des premiers évêques de la Rochelle, de la période concordataire. Avec la promulgation du concordat de 1817, le diocèse de Luçon fut rétabli dans les limites du département de la Vendée qui sont ses limites actuelles.

DONNÉES STRUCTURELLES

Créé en 1317, en démembrement de celui de Poitiers
1 cathédrale : Notre-Dame de l’Assomption à Luçon
1 basilique : St Louis-Marie Grignion de Montfort à St Laurent-sur-Sèvre. Érigée au titre de basilique mineure, la basilique est ainsi reconnue comme lieu de pèlerinage.
L’évêque habite son évêché, seulement 3 situations en France de ce type.
Mgr Jacolin, 47ème évêque de Luçon.
59 paroisses (créées en 1997). 300 clochers environ (l’écrasante majorité des églises appartiennent aux communes).
Présence d’une maison du Diocèse à la Roche-sur-Yon.

MINISTRES ORDONNES

248 prêtres dont 166 en activité (66 ans de moyenne d’âge pour les prêtres en activité)
1 prêtre pour 4000 habitants.
61 prêtres de moins de 62 ans.
6 séminaristes en formation, 6 jeunes hommes en propédeutique.
52 diacres permanents dans le diocèse.

VIE RELIGIEUSE :

710 religieuses, 121 religieux

  • Religieuses de vie apostolique, 683 qui représente un réseau de 60 communautés locales dispersées dans les communes vendéennes.
  • Religieuses contemplatives : 32
  • 8 vierges consacrées
  • Prêtres religieux et frères : 121 dont les moines de la Grainetière, les Oblats de St Vincent de Paul, les Frères de Saint Gabriel, les Missionnaires de la Plaine, les Fils de Marie Immaculée, etc.

ENSEIGNEMENT

63 600 élèves sont scolarisés sur le département, soit plus d’un jeune sur deux en Vendée.
Le réseau de l’Enseignement Catholique comprend : 218 écoles, 30 collèges, 11 lycées (intégrant des formations post-bac : BTS notamment).
A cela s’ajoute : 2 établissements d’enseignement supérieur (ICES et IMA) et 1 lycée agricole privé.
Plus de 6000 personnes (enseignants et personnels) travaillent dans l’Enseignement Catholique.

BÉNÉVOLAT :

Nombre de bénévoles : ils sont nombreux dans l’Église en Vendée, et rendent de multiples et de très nombreux services. Ils sont révélateurs du visage de l’Église en Vendée, on peut compter au minimum, 100 personnes par paroisse. Donc au minimum près de 6000 personnes.

CATHOLICITÉ (chiffres 2017) :

– nombre de mariages     804
– nombre de baptêmes   3543
– nombre d’obsèques religieuses     5165

VITALITÉ :

Synode 2005-2006 :
2150 équipes synodales autour de 8 personnes en moyenne : 17 000 personnes environ
12 000 fidèles : fête du synode, juin 2006
6500 fidèles : ordination de Mgr Castet
4000 personnes aux Assises de la Mission aux Sables d’Olonne, Pentecôte 2010
3000 personnes au Vendespace pour la fête du jubilé (Pentecôte 2017).

Vitalité des petits pèlerinages locaux sur le diocèse (autour de la fin août et début septembre) : ils sont près de 26. 3 à 400 personnes par pelé (environ 10 000 personnes)
1300 pèlerins à Lourdes chaque année en 2 pèlerinages diocésains + pèlerinages montfortains, Rosaire, Cancer-Espérance, etc.
1000 catéchistes encadrent près de 10 000 enfants