Menu
En ce moment

Dimanche 22 janvier à Paris, une marche pour la vie a rassemblé des milliers de personnes.

Certains « adhèrent », d’autres ne comprennent pas, quelques-uns ne connaissent pas ou peu, et enfin, il y a ceux qui se braquent ou rejettent. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Une parole d’évêque : Accueillir la vie

Mgr-LebrunA l’occasion de la Marche pour la vie, dimanche 22 janvier, et des Veillées de prière pour la vie qui ont lieu dans les diocèses, Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, rappelle la nécessité de s’engager activement dans la protection des personnes vulnérables, qu’elles soient en situation précaire, malades, handicapées ou enfants à naître.

« Pour moi, l’avortement est une question cruciale, affirme Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, dans une interview accordée à Famille chrétienne. Il est important que les évêques soient présents pour toutes les personnes en difficulté, en particulier les plus précaires ou les plus loin de Dieu. Cette année, le jour de la Marche pour la vie, je célébrerai les 10 ans de la mort de l’abbé Pierre à Esteville où il s’était retiré. L’abbé Pierre est emblématique du cri lancé pour les plus démunis. Or, y a-t-il plus démuni que l’embryon menacé, l’enfant à naître dont on peut décider qu’il ne naîtra pas ? « Tout est lié » dit le Pape François : « Un chemin éducatif pour accueillir les personnes faibles de notre entourage, qui parfois dérangent et sont inopportunes, ne semble pas praticable si l’on ne protège pas l’embryon humain, même si sa venue cause de la gêne et des difficultés » (Laudato si’ n° 120). »

Le mouvement En marche pour la vie

En marche pour la vie, a la volonté de protéger la vie, de la promouvoir. La vie de l’enfant, qui commence par être un embryon, mais aussi la vie de la femme et la vie de l’homme.
Il ne s’agit pas de juger (« Qui es-tu pour condamner ton frère ? ») mais bien de protéger et d’informer, notamment sur des points qui ne sont pas toujours dits clairement.
« La vérité vous rendra libre » (Jn 8,31).

marche-pour-la-vieVous pouvez vous renseigner sur le site www.enmarchepourlavie.fr. « Bien loin d’une simple opération médicale, tel qu’il est présenté par ses défenseurs, l’avortement est (presque) toujours synonyme de grands traumatismes psychologiques et physiques pour la femme qui le pratique, mais aussi pour son entourage. L’existence du Syndrome Post-Abortif, le SPA, mis en lumière par le psychologue Philippe Ney, est aujourd’hui bien connue et documentée. Selon les études, il touche entre 30 et 60% des femmes ayant eu recours à l’IVG. (…) ».

 

Mère de Miséricorde

Celles et ceux qui ont vécu l’expérience d’une interruption de grossesse doivent pouvoir en parler, se libérer. Guérir corps et âme est une nécessité.
L’association Mère de Miséricorde vient en aide à toutes les personnes qui ont vécu une interruption de grossesse (volontaire ou non), une fausse couche, une grossesse extra-utérine, un décès périnatal…

Découvrir Mère de Miséricorde : ici

logo

Pour aller plus loin

Alliance Vita : Solidaires des plus fragiles

logo-vita-16

Les universités de la vie

logo-UDV-2017-2